Franck Dubosc "assez fataliste" : "Je me suis habitué à la mort"

Franck Dubosc "assez fataliste" : "Je me suis habitué à la mort"
Franck Dubosc au photocall de la soirée "Orange" sur la plage de l'hôtel Majestic lors du 72ème Festival International du Film de Cannes, le 18 mai 2019.

Actuellement en pleine promotion pour son téléfilm intitulé "La dernière partie" et portant sur la fin de vie, Franck Dubosc fait le tour des médias pour évoquer ce sujet sensible. Ayant lui-même été confronté à de nombreux décès dans sa famille, l'acteur semble sensible mais aussi quelque peu détaché. Interrogé par le magazine belge Soir Mag, il s'est confié sur son rapport à la mort.

Des décès brutaux, Franck Dubosc en a malheureusement vécu beaucoup. Après la mort de son père, décédé en 2002 de la maladie de Charcot, l'acteur doit désormais composer avec l'absence de sa mère, avec laquelle il était particulièrement proche. Une disparition d'autant plus difficile que cette dernière s'en est allée alors qu'il était en plein tournage d'un film sur la fin de vie. "Elle était malade durant le tournage, et elle est partie au moment où il se terminait.", confie-t-il dans les colonnes de Soir Mag. Bien que très ému, le comédien a révélé avoir aujourd'hui "un rapport assez surprenant" avec la mort.

Un rapport "froid et détaché"

Si beaucoup de personnes ont peur de la mort, ce n'est pas le cas de Franck Dubosc. Se définissant lui-même comme étant rôdé à ce sujet, le père de famille affirme avoir aujourd'hui moins de difficultés à faire face à la disparition de ses proches. "J'en ai eu tellement autour de moi... (...) Je dirais ni froid, ni détaché, mais en même temps je prononce quand même ces mots froid et détaché. Je suis assez fataliste par rapport à la mort. Attention, là on ne parle pas des enfants ! Disons que je me suis habitué à la mort... .", affirme-t-il avec beaucoup de sérieux. Pour autant, le héros de "Camping" n'est pas complètement insensible et assure avoir des moments plus compliqués que d'autres : "J'ai pleuré à la lecture du scénario ! Et même si j'ai essayé d'oublier cette émotion pendant le tournage, j'ai à nouveau versé des larmes en voyant le film... ."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.