Emma Smet se confie sur la pression exercée par son nom de famille

Emma Smet se confie sur la pression exercée par son nom de famille
Emma Smet au village du Tournoi de Rolland-Garros à Paris, le 6 juin 2018.

Après le petit écran, c'est sur les planches qu'Emma Smet brille désormais. Interrogée par Le Parisien mardi 11 janvier 2022, pour faire la promo de la pièce de théâtre dans laquelle elle joue, la jolie blonde est revenue sur ce nouveau défi de taille mais également sur la difficulté de porter son célèbre nom...

Qui aurait cru qu'être de la même famille que le mythique Johnny Hallyday pouvait parfois être un frein ? C'est pourtant bien ce qu'affirme Emma Smet, fille de David Hallyday et Estelle Lefébure et petite-fille du célèbre rockeur. Depuis sa plus tendre enfance, la jeune fille affirme souffrir de cette notoriété involontaire, au point même de changer cinq fois d'école ! Si elle n'est plus harcelée à aujourd'hui 24 ans, elle explique avoir parfois le syndrôme de l'imposteur. "J'ai toujours cette impression que si on me prend, c'est pour mon nom ou je ne sais quoi... Là, ce n'était pas le cas, mais j'aime bien savoir qu'on me choisit pour ce que je vaux et pas pour ce que je suis", a-t-elle lancé timidement à propos de son nouveau rôle dans la pièce intitulée Le jeu de la vérité.

"Je voulais me démarquer de ce nom"

Visiblement traumatisée par la forte influence de son patronyme, Emma Smet avoue même avoir eu des envies assez radicales. "Petite, je voulais carrément en changer, le mettre à l'envers. Sur Facebook, je ne m'appelle pas Smet mais Tems. Je voulais me démarquer de ce nom pour qu'on ne me le rappelle pas tout le temps", a-t-elle dévoilé.

Heureusement depuis ce temps, de l'eau a coulé sous les ponts. Si elle ressent encore une certaine pression, la jeune femme affirme n'avoir aucun mal à la transformer en force. "On me regarde, on vient me voir et on me juge par rapport à mon nom. Ça met la pression mais ça me donne encore plus envie de montrer que je ne suis pas là pour rien. Cette pression, j'ai appris à faire avec...", a-t-elle conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.