Elise Lucet en pleine embrouille dans une station essence : sa réaction fait polémique

Elise Lucet en pleine embrouille dans une station essence : sa réaction fait polémiqueElise Lucet ne craint pas d'affronter les tensions liées à la pénurie de carburant et le prouve en vidéo. © BestImage

, publié le 13 octobre 2022

Si la pugnacité d'Elise Lucet en tant que journaliste est bien connue, elle continue de susciter beaucoup de réactions ! En témoigne sa prise de position devant une station d'essence à l'heure de la grève et de la pénurie de carburant : elle ne craint pas d'aller sur le terrain, au plus près des tensions.

Elise Lucet est toujours prête à affronter les questions qui fâchent, même les plus délicates actuellement. La pénurie d'essence est sur toutes les lèvres en France et la célèbre journaliste de France 2 n'a pas hésité à faire face aux grandes tensions liées à la crise du carburant comme le dévoile cette vidéo de 12 octobre 2022 diffusée sur Tiktok.

On y voit la présentatrice d'Envoyé spécial âgée de 59 ans s'interposer entre des voitures et déclarer : "La dame, ça fait 3 heures qu'elle fait la queue."

En légende de la vidéo, on peut lire "embrouille de station essence dans le prochain Cash Investigation". Cela peut semble être de l'humour mais en vérité, un perchiste et une caméra sont également visibles sur les lieux, preuve que la maman de Rose Bourgeois est véritablement en train de traiter ce sujet. Celle qui s'attaque aux plus puissants comme l'ex-ministre Nicolas Hulot ou encore Dominique Strauss-Kahn a reçu plusieurs commentaires positifs suite à sa prise de position "en live" : "Élise Lucet qui met des coups de pression, j'adore", "Lucet est plus dangereuse que le FBI et la CIA réunis. Zéro blague" peut-on lire. D'autres sont moins enthousiastes : "Et la télé toujours prête à faire le buzz et aggraver la situation pour mettre la panique encore plus qu'elle ne l'est déjà."

Grève reconduite

La situation n'est pas prête de s'arranger, si l'on croit les dernières informations de l'AFP. La grève dans les raffineries françaises de TotalEnergies a été reconduite "à une très large majorité" jeudi 13 octobre matin, concernant au total cinq sites impliqués dans le mouvement, a indiqué à l'AFP le coordinateur CGT pour le groupe, Eric Sellini, au lendemain de l'échec de discussions avec la direction. "La grève est reconduite à la raffinerie de Normandie, à la raffinerie de Donges, à la raffinerie de Feyzin, sur le dépôt de Flandes et à la raffinerie de la Mède", a détaillé M. Sellini.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.