Eddy Mitchell raconte ses derniers instants passés avec Johnny Hallyday

Eddy Mitchell raconte ses derniers instants passés avec Johnny Hallyday
Eddy Mitchell lors de la cérémonie d'ouverture du 9e Festival Lumière de Lyon, le 14 octobre 2017.

Eddy Mitchell et Johnny Hallyday, c'est une amitié indéfectible qui a duré bien plus de 50 ans. Bien que pudique et discret, le grand ami du regretté Taulier rend régulièrement hommage à son "frère". Invité du Portrait de la Semaine dans l'émission Sept à Huit, dimanche 21 novembre 2021, il a d'ailleurs accepté de revenir sur les derniers instants passés en compagnie du rockeur.

S'il n'est pas d'accord avec les nombreux hommages organisés par Laeticia Hallyday, Eddy Mitchell n'en oublie pas pour autant son meilleur ami Johnny Hallyday, décédé en 2017. Invité à se confier dans Sept à Huit, l'interprète de Sur la route de Memphis a exceptionnellement fait tomber son masque de pudeur pour évoquer son amitié avec le Taulier. L'occasion pour lui de revenir sur leur tout dernier rendez-vous. "Je l'ai vu deux, trois jours avant qu'il meure. Il regardait un film. On parlait de rien du tout... on ne parlait pas. Il avait envie de regarder un film et en même temps de se coucher, de dormir, de se reposer. Il n'avait pas la force, et moi je n'avais pas envie de l'emmerder. Donc j'avais envie de lui foutre la paix, de le laisser tranquille", s'est-il souvenu face à Audrey Crespo-Mara.

"Quand il a quitté la clinique, il savait que c'était fini..."

Malgré les relations tendues avec la famille du rockeur, Eddy Mitchell affirme n'avoir jamais eu de "contraintes" pour rendre visite à celui qu'il a toujours considéré comme son frère. De ce fait, il se rendait très régulièrement à l'hôpital pour passer du temps avec lui. Et si la maladie était déjà trop avancée, il se souvient pourtant d'un Johnny Hallyday taquin et un brin râleur. "Quand je suis allé le voir à la clinique, je savais que c'était râpé. Les toubibs nous l'avaient dit : 'Il rentrera à la maison et puis...' Ce jour-là, Johnny disait encore des conneries, ce qu'il savait très bien faire : 'Fais chier, je suis en train de faire un album et il me manque deux titres.' C'était son obsession, c'est quand même génial ! Quand il a quitté la clinique, il savait que c'était fini... Je l'ai revu chez lui et sur son lit de mort", a-t-il conclu les yeux légèrement humides.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.