Chiara Mastroianni : ce que sa mère Catherine Deneuve lui a transmis

Chiara Mastroianni : ce que sa mère Catherine Deneuve lui a transmis
Chiara Mastroianni lors de la 46ème cérémonie des César à l'Olympia de Paris, le 12 mars 2021.

Avec une filmographie bien remplie, Chiara Mastroianni n'a plus rien à prouver à personne si ce n'est à elle-même. Désireuse de s'innover professionnellement, l'actrice se produit pour la toute première fois au théâtre, loin des plates-bandes de sa célèbre mère, Catherine Deneuve. Interrogée par le Journal du Dimanche le 7 novembre 2021, elle est d'ailleurs revenue sur les passions transmises par sa maman.

Chiara Mastroianni aime aller là où on ne l'attend pas. Actuellement sur scène à Lyon, où elle se produit dans la pièce autobiographique de Christophe Honoré, la comédienne affirme que son goût pour le théâtre ne lui vient pas de son illustre mère, Catherine Deneuve, qui a toujours eu "peur" de se produire au théâtre. "Elle ne m'a jamais poussée à y aller. Ma mère m'a transmis sa cinéphilie sans rien forcer. Elle sait bien qu'il est difficile d'imposer des choses qui doivent avant tout relever du plaisir. Elle m'a bien forcée à manger les fameuses endives au jambon de notre enfance, que je n'aimais pas du tout, mais ça, c'est une autre histoire !", a-t-elle raconté malicieusement.

"Mon rapport personnel au théâtre, jeune ou enfant, était quasi inexistant"

N'ayant presque jamais été au théâtre avant de se lancer, Chiara Mastroianni admet avoir eu quelques frayeurs lors des répétitions. Mais ce trac omniprésent, elle ne l'associe en aucun cas à celui de sa mère. "Mon rapport personnel au théâtre, jeune ou enfant, était quasi inexistant. (...) J'ai longtemps pensé que je n'en ferai jamais. (...) Ma mère m'a déjà transmis son hypermétropie, je ne peux pas l'accabler de tout ! Nos parents ne sont pas responsables de tout ce qu'on devient. On fait nos propres erreurs, nos propres succès. Non, ce n'est ni la peur ni la faute de ma mère, c'est moi et mon tempérament", a-t-elle affirmé dans les colonnes du JDD.

Mais si la comédienne de 49 ans doit autant se surpasser c'est aussi parce que la théâtre lui demande des ressources que le cinéma ne lui a jamais demandé. "Christophe Honoré pratique l'écriture de plateau et c'est très singulier, on est tenu d'improviser, de prendre l'espace. N'ayant jamais vécu ça au cinéma, où tout est très écrit d'avance, j'étais inhibée. Je me cachais derrière le décor et je rentrais chez moi désespérée, me répétant que je n'y arriverais jamais...", a-t-elle conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.