Charlotte Casiraghi : "Je n'ai pas vécu l'euphorie des 18-20 ans"

Charlotte Casiraghi : "Je n'ai pas vécu l'euphorie des 18-20 ans"
Charlotte Casiraghi à la soirée LACMA Art au musée LACMA à Los Angeles, le 4 novembre 2017.

À l'occasion du lancement de la troisième édition des Rendez-vous littéraires qu'elle organise avec la maison Chanel, Charlotte Casiraghi s'est entretenue avec Madame Figaro dans une interview parue le 4 juin 2021. L'occasion pour la Monégasque de revenir sur ses propres souvenirs de "jeune fille", thème au centre de cette édition.

Charlotte Casiraghi a bien des casquettes : mannequin, cavalière accomplie mais également écrivain. Une prédilection pour l'écriture qu'elle a cristallisée dans Les rendez-vous littéraires, un événement lancé avec l'appui de la maison Chanel et qui célèbre cette année sa troisième édition autour du thème "la jeune fille". Une liste de lecture est composée autour des écrits d'Anne Wiazemsky, romancière et égérie du cinéma de la Nouvelle Vague. Charlotte Casiraghi en a profité pour confier à Madame Figaro quelques-uns de ses propres souvenirs de jeune fille.

"Je peux subir le pire des enfermements si on me laisse une feuille et un stylo"

"Depuis toute petite, j'ai toujours écrit sur des tas de papiers, de carnets. J'y trouvais une liberté incroyable. Je me disais : 'Je peux subir le pire des enfermements si on me laisse une feuille et un stylo.'", raconte la fille de Caroline de Monaco. Elle poursuit en racontant comment la littérature l'a conquise, et en particulier Colette : "Je me souviens à l'adolescence de la découverte du Blé en herbe. J'avais une jubilation de lecture."

Si cette jubilation l'a poussée à entamer des études littéraires, la Monégasque confie que celles-ci ont été synonyme d'une vie de jeune fille assez rangée : "J'ai fait hypokhâgne et khâgne pendant deux ans. Je n'étais pas hyperfunky à l'époque, surtout pendant les classes préparatoires, très angoissée, perfectionniste. Je n'ai pas vécu l'euphorie des 18-20 ans : toutes mes amies sortaient et étaient beaucoup plus libérées." Mais peu importe puisque pour Charlotte Casiraghi, son parcours littéraire est aussi une célébration de son amitié avec Karl Lagerfeld : "À 16-17 ans, j'ai passé deux étés chez lui, à Biarritz. Il m'a fait découvrir Lou Andreas-Salomé, la poésie d'Emily Dickinson et de Rainer Maria Rilke...(...) Ce projet est le reflet de ma relation avec Karl autour du plaisir de la lecture."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.