Charlene de Monaco s'engage contre le braconnage : des internautes la critiquent

Charlene de Monaco s'engage contre le braconnage : des internautes la critiquent
Charlene de Monaco durant la finale du Rolex Monte Carlo Masters 2018 au Monte Carlo Country Club à Roquebrune-Cap-Martin, le 21 avril 2018.

Dimanche 8 août 2021, sur son compte Instagram, Charlene de Monaco a partagé un message fort à propos du braconnage. Une belle initiative qui lui a pourtant valu des critiques de la part de certains internautes.

Cela fait plusieurs mois que la princesse Charlene de Monaco est bloquée en Afrique du Sud en raison de problèmes de santé qui ne lui permettraient pas de rentrer sur le Rocher. À l'autre bout du monde, l'épouse d'Albert de Monaco n'est pas inactive pour autant. Ainsi, le 8 août sur son compte Instagram, elle a partagé une photo d'elle grimée en guerrière. Les poings serrés, les yeux maquillés de noir, la mère des jumeaux Jacques et Gabriella a mis en avant une cause qui lui tient à coeur : la sauvegarde des rhinocéros.

Charlene de Monaco en guerre contre les "atrocités"

"La corne de rhinocéros n'est pas cool ! Unissons-nous sous mon initiative #ChasingZero et mettons fin aux atrocités qui mettent en danger notre précieuse faune", a écrit en légende celle qui était absente de Monaco pour ses dix ans de mariage, avant de partager une pétition.

Une initiative qui a été applaudie par beaucoup d'internautes, mais qui n'est pas passée auprès d'autres utilisateurs du réseau social. Dans les commentaires, certains lui reprochent en effet d'être éloignée de sa famille depuis trop longtemps. "Pensez à vos enfants et rentrez chez vous", peut-on lire, ou encore "Honte à vous !".

Début août, sur South Africa Radio 702's, la princesse avait annoncé qu'elle serait "punie en Afrique du Sud jusqu'à fin octobre" : "Malheureusement, j'ai eu un problème aux oreilles, et les docteurs m'ont annoncé que j'avais une infection grave des sinus (...) Mais oui, je suis très triste de ne pas pouvoir être avec mes enfants cet été en Europe."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.