"Ça commence vraiment à me casser les c*uilles" : Xavier Dolan exaspéré en pleine émission, il surprend

"Ça commence vraiment à me casser les c*uilles" : Xavier Dolan exaspéré en pleine émission, il surprendExtrait de l'émission En aparté avec Xavier Dolan en invité © Canal+

, publié le 24 janvier 2023

Dévoilant sur Canal+ sa série "La Nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé", Xavier Dolan a répondu aux questions de Nathalie Lévy sur cette même chaîne pour l'émission "En aparté". Le cinéaste trentenaire s'est montré très agacé par une remarque sur son travail...

[EMBED url="https://player.allocine.fr/19599103.html]

Cinéaste acclamé par la critique, Xavier Dolan n'en est pas moins agacé par certaines remarques récurrentes sur son travail. En promotion pour sa série La Nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé (Canal+), il n'a pas caché son agacement sur le plateau solitaire de l'émission En aparté à ce propos. Lorsque la journaliste Nathalie Lévy lui demande de décrire son oeuvre et le rôle d'un personnage central, interprété par sa chère Anne Dorval (Laurence Anyways, Mommy), il s'emporte sur l'idée selon laquelle la place de la mère fait partie de l'ADN de son cinéma.

"Ça commence vraiment à me casser les c*******", commence par dire Xavier Dolan. Il refuse qu'on colle l'étiquette de film sur les mères ou encore sur des personnages homosexuels. "Ce ne sont pas des thèmes. Par exemple, est-ce qu'on fait des films sur le thème de l'hétérosexualité ? Ce sont des situations, des choses. On est cette façon-là, ou alors on devient mère par exemple. Ce sont des histoires avant tout, des individus, des personnages", explique non sans émotion le cinéaste de 33 ans.

Pour lui, il s'agit d'abord de personnages, d'histoires, universelles ou individuelles. Pour illustrer son agacement, il rebondit alors sur le fait que l'on compare également son cinéma à celui de Pedro Almodovar, qui, dans plusieurs de ses films, porte à l'écran les destins mouvementés de mère. Il a même mis le sujet sur la table lors de sa rencontre avec l'icône espagnole qu'il a rencontrée au Festival de Cannes. Tous deux sont ainsi d'accord pour trouver ces raccourcis entre leur travail respectif réducteurs, et non pas élogieux comme certains pourraient le croire. Les limiter à ces thématiques est selon lui un signe d'incompréhension de leurs films.

Besoin d'une pause

À fleur de peau, l'artiste québécois souhaite faire une pause désormais. Au point que celui à qui l'on doit Juste la fin du monde avec le regretté Gaspard Ulliel estime avoir "bouclé la boucle de (ses) obsessions". Et entend "prendre du temps" pour lui, "épuisé" par le tournage de la série et de huit long-métrages depuis 2009. "Je sens que j'arrive à un moment de ma vie où je n'ai plus d'idées, de désir de raconter ces idées", avait expliqué Xavier Dolan à l'AFP. Le réalisateur dont les deux derniers films, Matthias et Maxime et Ma vie avec John F. Donovan, n'ont pas connu le succès espéré, se sent vidé.

"J'ai besoin de reconstruire mon désir envers ce milieu-là, envers cette profession, envers tout ce que cela comporte de sacrifices, surtout en fin de projet. Parce que la préparation, le tournage, c'est tout le temps exaltant pour moi", mais pas l'après. Fatigué, il se sent également en décalage avec un certain cinéma : "J'ai l'impression que les gens maintenant racontent des histoires qui sont beaucoup plus politiques, sociales et engagées, et je ne sais pas si je ferais bien ce cinéma-là."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.