Bruno Martini : La star du hand condamnée à un an de prison avec sursis pour corruption de mineur

Bruno Martini : La star du hand condamnée à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurBruno Martini, nouveau président de la lLiue Nationale de Handball (LNH) à Paris.. © Jean-Baptiste Autissier/Panoramic/Bestimage © BestImage, Jean-Baptiste Autissier

, publié le 25 janvier 2023

Poursuivi pour "corruption de mineurs" et "enregistrement d'images pédopornographiques", Bruno Martini a été condamné ce mercredi 25 janvier 2023 à un an de prison avec sursis et 2 500 euros d'amende pour corruption de mineur et enregistrement d'images pédopornographiques.

C'est une nouvelle qui a fait l'effet d'un coup de massue dans le petit monde du sport français. Une figure reconnue et respectée du handball français a actuellement affaire à la justice pour une bien sombre affaire.

C'est qui a dévoilé l'affaire en premier ce mercredi 25 janvier et d'après leurs informations, l'ancien international, champion du monde à 2 reprises et considéré comme l'un des meilleurs gardien de but de l'histoire du handball, Bruno Martini a été interpellé puis placé en garde à vue lundi dernier. Président de la Ligue nationale de handball, il est visé par une enquête préliminaire et poursuivi pour "corruption de mineurs" et "enregistrement d'images pédopornographiques".

Une enquête de plus de deux ans puisque les faits remontent à l'été 2020 et impliquent un adolescent de 13 ans, qui a porté plainte contre l'ancien handballeur de 52 ans. Ce dernier aurait échangé "plusieurs selfies et vidéos à caractère sexuel" et aurait essayé d'entrer en contact avec le jeune garçon. Lors de son interrogatoire, Bruno Martini a reconnu avoir approché l'adolescent, indiquant penser qu'il avait plus de 15 ans. Laissé libre hier, il a été présenté ce mercredi à un magistrat.

Bruno Martini a été condamné cet après-midi à un an de prison avec sursis et 2 500 euros d'amende pour corruption de mineur et enregistrement d'images pédopornographiques, entrainant un appel des dirigeants de la Ligue nationale de handball à la "souhaitable démission" de leur président.

Cette sanction, homologuée en début d'après-midi par un juge du tribunal judiciaire de Paris après une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), comprend aussi 5 ans d'interdiction d'exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, a indiqué à l'AFP l'avocat de M. Martini, Me Elie Dottelonde. "On essaie de le faire passer pour un monstre, mais le procureur, en proposant une CRPC, a montré qu'il estimait que M. Martini ne représentait pas un danger" ni qu'il serait "détraqué" a souligné Me Dottelonde, remarquant qu'aucune obligation de soins n'avait été prononcée.

Une affaire qui n'a pas tardé de faire réagir la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, qui s'est emparée de son compte Twitter un peu plus tôt dans la journée pour partager son opinion. "Comme chacun ce matin, je suis profondément choquée par ces informations dont la justice s'est saisie", a-t-elle expliqué.

J'ai évidemment une pensée très émue pour le jeune garçon et sa famille
L'ancienne joueuse de tennis de 44 ans a ensuite dévoilé qu'un comité directeur exceptionnel de la Ligue national de handball (LNH) va avoir lieu aujourd'hui. "J'ai pleinement confiance dans le fait qu'elles prendront toutes les décisions qui s'imposent, tant sur le plan des sanctions disciplinaires que sur le futur de la gouvernance", affirme Amélie Oudéa-Castéra, avant d'ajouter un mot pour le plaignant : "J'ai évidemment une pensée très émue pour le jeune garçon et sa famille qui ont eu, au moment des faits présumés, le bon réflexe de s'adresser à la police. Je leur adresse tout mon soutien."

Une réponse qui ne s'est pas faite attendre de la part de la ministre des Sports, bien décidée à régler cette affaire au plus vite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.