Britney Spears sous la tutelle de son père : elle brise le silence sur Instagram

Britney Spears sous la tutelle de son père : elle brise le silence sur Instagram
Britney Spears en concert à Puerto Rico, le 10 décembre 2011.

En pleine bataille judiciaire pour lever sa tutelle ayant été mise en place en 2008, Britney Spears a décidé de briser publiquement le silence sur sa situation dans un long texte publié sur Instagram, le 18 juillet 2021.

Cela fait des années que ses fans appellent à la "libérer" via le mouvement Free Britney. Libre, Britney Spears s'apprête-t-elle à le devenir ? Depuis 2008, la chanteuse vit sous la tutelle de son père Jamie et de la tutrice professionnelle Jodi Montgomery. Une situation à laquelle elle souhaite mettre fin et à propos de laquelle une bataille judiciaire est lancée. Le 23 juin dernier, prenant la parole pour la première fois devant un tribunal, elle dénonçait une tutelle "abusive" la laissant "traumatisée".

"Je ne compte plus monter sur scène"

Ce 18 juillet, c'est sur Instagram que l'interprète de Toxic s'est exprimée, révélant sa décision d'arrêter la scène : "Pour ceux d'entre vous qui choisissent de critiquer mes vidéos de danse... sachez que je ne compte plus monter sur scène tant que mon père gère ce que je porte, dis, fais ou pense. Je l'ai fait pendant 13 ans. Je préfère partager des vidéos OUI depuis mon salon plutôt que sur scène à Vegas... (...) Alors j'arrête."

"Cette mise sous tutelle a tué mes rêves... alors tout ce qu'il me reste, c'est l'espoir et l'espoir est la seule chose dans ce monde qu'il est très difficile de tuer... mais les gens essaient toujours", a-t-elle notamment poursuivi.

La semaine dernière, Britney Spears a obtenu une première victoire judiciaire en étant autorisée à choisir son propre avocat, ce qui n'était pas le cas auparavant. Juste avant cette décision, elle avait déclaré au tribunal, en larmes : "Je voudrais attaquer mon père pour abus tutélaire. Je veux engager des poursuites contre mon père. Je veux qu'une enquête soit ouverte à son propos."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.