Ayem Nour et le "faux" enlèvement de son fils : "épuisée" et à bout, elle fait des révélations hallucinantes

Ayem Nour et le "faux" enlèvement de son fils : "épuisée" et à bout, elle fait des révélations hallucinantesAyem Nour - Enregistrement de l'émission "TPMP People (Touche Pas à Mon Poste)", présentée par M.Delormeau, et diffusée sur C8 © Jack Tribeca / Bestimage © BestImage, Jack Tribeca

, publié le 17 novembre 2022

L'ancienne candidate de télé-réalité a finalement fait le choix de prendre la parole. Ayem Nour a enregistré un audio qui a été diffusé dans "Touche pas à mon poste" (C8), le 16 novembre 2022. Elle revient sur le calvaire qu'elle vit depuis les accusations dont elle fait l'objet.

L'affaire continue à faire du bruit. Mardi 15 novembre 2022, Vincent Miclet a accusé Ayem Nour d'avoir enlevé leur fils Ayvin (6 ans) à l'école. Si jusqu'ici, la belle brune de 33 ans n'avait pas réagi, elle a brisé le silence par le biais d'un audio dévoilé dans Touche pas à mon poste, le 16 novembre.

Scandale sur la planète people après que Vincent Miclet a accusé Ayem Nour d'avoir enlevé leur fils. "Lundi matin après avoir déposé mon fils a l'école américaine, sa maman Ayem Nour en complicité avec sa mère Farida l'a enlevé de l'école sans mon consentement et jusqu'à l'heure où je vous parle, nous n'avons aucune nouvelle de Ayvin. Une plainte a été déposée aux autorités marocaines. Mon fils se trouve sur le sol marocain mais je ne sais pas où... Quiconque puisse le voir ou le localiser, veuillez s'il vous plaît m'en informer. Merci", pouvait-on lire. En story Instagram, il avait ensuite qualifié son ex-compagne de "sorcière" et avait partagé la story d'un blogueur qui expliquait pour quelle raison, selon lui, Ayem Nour avait fait le choix de récupérer son fils dans le dos du papa. A savoir le fait qu'il aurait arrêté de lui verser "sa petite pension de 5K avec laquelle elle paye ses dettes et le loyer de sa maison de campagne".

Une version qui selon nos informations n'était pas du tout la bonne. Vincent Miclet et Ayem Nour avaient convenu d'avoir la garde d'Ayvin une semaine sur deux. L'enfant était, d'un commun accord, scolarisé au Maroc depuis la rentrée. Et le 14 novembre, c'était au tour de la chroniqueuse de TPMP People d'aller le récupérer, comme chaque quinzaine. Mais l'homme d'affaires de 57 ans aurait refusé. Elle est malgré tout allée au Maroc puis est allée le chercher à son école, avec sa maman Farida, en prévenant son ex. Un message auquel il n'aurait pas répondu. Mardi, l'alerte enlèvement a donc été postée ce qui a poussé la belle brune à aller voir immédiatement les autorités avec les documents lui donnant la garde de l'enfant. Actuellement, elle fait le nécessaire, avec les autorités, pour rentrer au plus vite en France afin d'y scolariser Ayvin, et mettre fin à cet accord moral de garde partagée.

Ayem Nour brise le silence

Mais Ayem Nour est confrontée à un souci de taille comme elle l'a confié dans Touche pas à mon poste ce mercredi. Après avoir expliqué que ses relations avec Vincent Miclet étaient "chaotiques, pleines de chantage, de menaces, de dictature, d'harcèlement psychologique" depuis des années, elle a avoué qu'elle était "épuisée" et qu'elle ne savait pas comment elle ne s'était pas encore suicidée avec tout ce qu'elle vivait. "Ça fait quatre jours que je ne dors pas, que je passe ma vie dans les tribunaux et dans les commissariats. Là, il a porté plainte avant-hier pour enlèvement d'enfant. Mais il n'y a aucun enlèvement étant donné que j'ai la garde. Et là ce matin je découvre qu'il a également porté plainte pour que moi je ne puisse pas quitter le territoire marocain", a-t-elle poursuivi.

Ayem Nour ne peut actuellement pas rentrer en France avec Ayvin, car c'est le père de famille qui est en possession du passeport du petit garçon. "A l'heure où je vous parle, je suis bloquée au Maroc avec mon fils parce qu'il ne souhaite pas restituer le passeport de mon fils. Je ne peux même pas sortir de ma chambre parce que j'ai des gens qui me prennent en photo à mon insu. Je vis un cauchemar", a-t-elle expliqué. Malgré tout, elle a obtenu une première victoire puisque les autorités marocaines ont refusé la demande de Vincent Miclet de récupérer son enfant, s'alignant sur la décision de justice prise en France. "En revanche en ce qui concerne la restitution du passeport de mon enfant - bien que le tribunal ait demandé à Vincent Miclet de le restituer, ce qu'il a refusé ndlr -, ils m'ont demandé de faire d'autres démarches, car ce n'était pas de leur ressort", a-t-elle conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.