Amélie Mauresmo referait son coming out "moins brutalement"

Amélie Mauresmo referait son coming out "moins brutalement"
Amélie Mauresmo à Paris, le 28 mai 2014.

Invitée sur le plateau du magazine 20h30 le dimanche (France 2), le 10 juin 2018, l'ancienne tenniswoman française est revenue sur la façon dont elle avait révélé son homosexualité à 19 ans.

En 1999, Amélie Mauresmo faisait savoir dans une interview au Figaro qu'elle allait déménager pour s'installer avec une "amie", en précisant bien qu'il fallait mettre un "e" à la fin du mot. Quelques semaines plus tard, elle posait en couverture de Paris Match avec sa compagne d'alors, Sylvie Bourdon. Ce coming out, la sportive le referait peut-être "d'une façon différente" aujourd'hui. "Oui, je le referais, mais différemment... moins brutalement", a-t-elle indiqué à Laurent Delahousse.

Engagée en faveur de la PMA

"À l'époque, j'ai 19 ans et une grande naïveté", a précisé l'ancienne numéro un mondiale de tennis avant d'ajouter : "Cela n'a pas été facile. Cela a été une période mouvementée, mais pas de regrets."

Cette prise de parole a eu un impact positif sur de nombreuses jeunes filles et de nombreux jeunes garçons. "Je l'ai su après", a-t-elle souligné. Et de poursuivre : "Je ne l'ai pas fait pour ça sur le moment, mais je me suis rendu compte très rapidement que c'était important."

Mère d'un petit Aaron né en 2015, Amélie Mauresmo s'engage par ailleurs pour la procréation médicalement assistée (PMA) afin de "permettre à toutes les femmes d'avoir le choix" de faire un enfant ou non. "On ne peut pas refuser ça, finalement, à une femme aujourd'hui. Je suis maman et c'est un tel bonheur qu'on ne peut pas refuser ça", a-t-elle terminé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.