Alexandre Astier, fruit d'un adultère, il se confie : "Je n'étais pas son fils"

Alexandre Astier, fruit d'un adultère, il se confie : "Je n'étais pas son fils"
Alexandre Astier à l'avant-première du film "Astérix : Le Secret de la potion magique" au cinéma UGC Normandie à Paris, le 2 décembre 2018.

Pour la sortie de son film "Kaamelott" au cinéma le 21 juillet 2021, Alexandre Astier a accordé une interview pour le dernier numéro de Society, paru jeudi 1er juillet. Si le réalisateur a longuement parlé de son film, il s'est également livré sur sa vie privée en dévoilant qu'il était le fruit d'un adultère.

Ça fait des mois, voire des années que l'on trépigne à l'idée de voir le film "Kaamelott" sortir sur grand écran. Mais le 21 juillet, ce désir sera enfin assouvi et l'on retrouvera le roi Arthur et toute sa table ronde dans les salles obscures. Et pour cette grande occasion, Alexandre Astier s'est confié au magazine Society, paru en kiosque le 1er juillet. Par grande surprise, le réalisateur ne s'est pas contenté de parler de sa vie de cinéaste, mais a livré une partie de sa vie intime. Le comédien a fait une confidence surprenante, en racontant qu'il était le fruit d'un adultère commis par sa mère Joëlle Sevilla : "Ce qu'il faut savoir, c'est que ma mère, quand je suis né, était mariée à Bruno Boëglin, un metteur en scène de théâtre qui a compris assez vite que je n'étais pas son fils, mais celui de l'amant de ma mère, Lionnel Astier, qu'il avait engagé." Une infidélité qui n'a pas véritablement dérangé ce premier mari, qui est resté ami avec toute la famille Astier. "Ils se connaissent, ils vont bouffer ensemble", a indiqué le fils de Lionnel Astier.

"Quand je fais des gamins, je me fais des potes !"

L'interprète du roi Arthur en a profité pour se confier sur sa relation avec ses sept enfants, que l'on retrouvera (sauf le petit dernier) dans "Kaamelott": "Je suis resté un gamin. Je m'entends très bien avec les enfants - enfin, surtout avec les miens. Ils atteignent très vite un âge où j'ai juste à jouer avec eux. Avec mon fils Ethan, en ce moment, on est dans les synthèses modulaires. Les synthèses des années 70 que tu branches avec des patches. Je vais pas mentir hein, quand je fais des gamins, je me fais des potes !" La meilleure façon de garder son âme d'enfant.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.