"Vous vendez du vent aux Français !" : Échange musclé entre Alexis Corbière et Amandine Atalaya sur BFMTV

"Vous vendez du vent aux Français !" : Échange musclé entre Alexis Corbière et Amandine Atalaya sur BFMTVAmandine Atalaya recevait, ce mercredi matin, Alexis Corbière sur BFMTV et RMC. © BFMTV

, publié le 25 mai 2022

La joker d'Apolline de Malherbe a notamment indiqué ce matin que "Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance d'être Premier ministre" après les élections législatives.

À couteaux tirés. Ce mercredi matin, Amandine Atalaya, joker d'Apolline de Malherbe dans l'interview politique de la matinale de BFMTV et RMC, recevait le député de Seine-Saint-Denis et candidat à sa réélection, Alexis Corbière.

"Vous vendez du vent aux Français"

Ce fidèle de Jean-Luc Mélenchon a entamé un long argumentaire pour illustrer l'antagonisme des propositions de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes), bannière réunissant les principaux partis de gauche, de La France insoumise au Parti socialiste, aux projets d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Avant d'être interrompu par l'intervieweuse."Tout ce que vous dîtes, comment c'est crédible pour les Français dans la mesure où Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance d'être Premier ministre ? En fait, c'est de la communication ce que vous faites. Vous vendez du vent aux Français. C'est même un peu triste, cette façon de faire de la politique", a commenté celle qui intervient habituellement sur les plateaux de la chaîne dirigée par Marc-Olivier Fogiel comme éditorialiste politique."Cette phrase 'Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance de gagner' est un parti pris idéologique, qui est faux", lui a rétorqué Alexis Corbière. "Vous ne connaissez pas le résultat ou alors on annule l'élection. Vous n'avez pas le droit de dire à un micro qu'il n'a aucune chance de gagner ou alors dîtes la même chose à tout le monde", a-t-il ajouté, insinuant que le ton de la journaliste serait différent face à un membre de la majorité.

"Je me fonde sur les sondages"

Amandine Atalaya a alors assuré que son affirmation se "fondait sur les sondages". Selon un sondage Ipsos/Cevipof publié le 23 mai par "Le Monde", la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron arriverait en tête avec 28%, juste devant la Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon, donnée à 27%, suivis par le Rassemblement national soutenu par Marine Le Pen à 21%.Mais l'éditorialiste a appuyé sa réflexion sur la traduction de ces intentions de vote en nombre de sièges. La coalition présidentielle (LaREM/MoDem/Horizons/Agir) recueillerait alors entre 290 et 330 sièges, soit la majorité absolue, quand la Nupes décrocherait "195 sièges maximum"."Je vois qu'il y a une dynamique inédite (...) nous pouvons gagner", a réitéré le député de Seine-Saint-Denis. Et de lancer : "Vous n'avez pas le droit de partir du principe que c'est impossible". Après avoir demandé à Alexis Corbière si, "comme Éric Zemmour", il pensait qu'il y avait "un vote caché pour la France insoumise", Amandine Atalaya a fini par convenir que "l'élection décidera". "Merci, ça c'est rigoureux", s'est satisfait Alexis Corbière. Avant que l'ancienne reporter de TF1 obtienne le dernier mot : "En attendant, l'hypothèse la plus probable, c'est que vous soyez dans l'opposition". puremedias.com vous propose de visionner cet échange tendu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.