Un agriculteur condamné après avoir molesté une équipe d'"Envoyé spécial"

Un agriculteur condamné après avoir molesté une équipe d'"Envoyé spécial"La bande-annonce d'"Envoyé spécial" sur France 2 © France 2

, publié le 23 février 2022

Filmée par l'équipe de tournage, l'agression avait été diffusée dans un reportage sur les conditions de travail des travailleurs agricoles étrangers.

Un pick up arrivant à toute allure avec à son bord un agriculteur prêt à en découdre. Le 10 septembre 2020, trois journalistes tournent pour le magazine "Envoyé spécial" un reportage sur les pratiques illicites de certains agriculteurs concernant le travail et le logement de travailleurs agricoles étrangers. Quand ils sont pris en chasse par Didier Cornille, l'un des exploitants auxquels ils s'intéressaient. "Vous êtes malades de venir chez les gens", crient à leur attention cet agriculteur, en multipliant les coups en direction de Thomas Guéry pour casser sa caméra. Les images de la scène avaient été diffusées par le magazine de France 2.

"On ne peut pas taper sur les journalistes impunément"

Ce lundi 21 février, relate , l'agriculteur a été condamné par le tribunal de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, à verser 1.000 euros d'amende, 1 euro à chaque partie civile et 400 euros de frais de procédure à chaque syndicat de journalistes. Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes se sont portées parties civiles dans ce procès.

"Didier Cornille a été déclaré coupable des faits pour violence n'ayant entrainée aucune interruption temporaire de travail", a annoncé Maître Alain Lhôte, l'avocat d'une des parties civiles. "Je suis globalement content, d'autant que le tribunal est allé plus loin que les réquisitions du parquet", a réagi Thomas Guéry, le caméraman, qui avait déposé plainte avec sa consoeur, Laura Aguirre de Carcer. "Cela montre bien que le motif 'coups et blessures volontaires' a été pris compte". Cette décision de justice "montre que l'on ne peut pas taper sur des journalistes impunément".

Les syndicats ont recensé une centaine d'agressions de journalistes en France depuis trois ans, entre les manifestations contre la loi Travail, les Gilets jaunes et les manifestations anti-pass sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.