Plan social à "La voix du nord" : La rédaction vote une motion de défiance à l'encontre de son actionnaire (Rossel)

Plan social à "La voix du nord" : La rédaction vote une motion de défiance à l'encontre de son actionnaire (Rossel)"La Voix du Nord" répond au RN sur BFMTV (vidéo datée de 2015). © "La Voix du Nord"
A lire aussi

, publié le 18 janvier 2023

Cette motion de défiance, votée aussi à l'encontre du directeur de la rédaction et du rédacteur en chef, fait suite à la présentation, la veille, d'un plan social d'envergure.

105 postes supprimés pour 50 nouveaux postes créés. La rédaction de "La voix du nord" a adopté, hier en assemblée générale (AG), une motion de défiance à l'encontre du directeur de la rédaction, Pierre Mauchamp, du rédacteur en chef, Patrick Jankielewicz, et de l'actionnaire, Rossel. Sur 258 votants, procurations comprises, 252 ont voté pour. La rédaction compte 342 personnes, dont 310 journalistes. L'intersyndicale, qui regroupe la CGT, le SNJ, la CFDT et la CFE-CGC, reproche notamment au directeur de la rédaction, Pierre Mauchamp, un "plan de réorganisation catastrophique de la rédaction et dénué de tout projet éditorial". Contacté par puremedias.com, Rossel n'a pas souhaité réagir.

55 emplois supprimés, dont 48 journalistes

En parallèle, l'AG "a voté à l'unanimité un arrêt des négociations en cours tant que la direction ne sera pas revenue avec de meilleures propositions et un autre plan". La veille, un plan social prévoyant la suppression nette de 55 emplois, dont 48 journalistes, avait en effet été annoncé aux salariés. Ce plan social, dont la date butoir est fixée au 14 avril, vise en particulier les effectifs les plus âgés, nés avant 1965, autrement dit les 57 ans et plus. "Ça va à l'encontre de la volonté gouvernementale affichée de garder les seniors dans l'emploi", grinçait, lundi, auprès de l'AFP Bertrand Buissière, élu SNJ au CSE. "Il reste de très nombreux points de blocage", est-il souligné dans le communiqué de l'intersyndicale. Parmi elles, l'embauche de "rédacteurs", un statut jusque-là inexistant, rémunérés en-deçà de la grille salariale des journalistes. "Ce sont des gens qui vont travailler à des horaires fixes et qui vont être affectés à des tâches autrefois exercés par des assistants, avec des bas salaires" explique Bertrand Bussière à .

Le plan prévoit également un regroupement des éditions, qui passeront de 17 à 13. Celles de "Calais, Lille et de Roubaix-Tourcoing subissent une véritable purge", d'après les syndicats. Le bureau de Calais voit ses effectifs passer de 6 à 3 reporters et un rédacteur à mi-temps. A Roubaix-Tourcoing, ils passent de 16 reporters à 8 et un rédacteur, détaille .

Un chiffre d'affaires en hausse entre 2020 et 2021

Les assistantes d'agences et d'éditions (14 emplois supprimés), les cadres (15 emplois supprimés) ainsi que le service prémédia (6 postes) sont aussi ciblés par le plan social.Le dernier PSE à "La voix du nord" avait abouti en 2017 à 132 départs volontaires, alors que 178 étaient envisagés au départ, rappelle l'AFP. Selon les dernières données de l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM), le journal est diffusé quotidiennement à 185.568 exemplaires.Ce plan social apparaît, enfin, d'autant plus incompréhensible pour les salariés que les résultats du quotidien régional ont progressé d'une année sur l'autre. "La Voix du nord" a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 118,7 millions d'euros en 2021, contre 113,2 millions d'euros en 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.