Plainte de Louis Boyard contre Cyril Hanouna : Que risque l'animateur de "TPMP" ?

Plainte de Louis Boyard contre Cyril Hanouna : Que risque l'animateur de "TPMP" ?Enorme clash entre Cyril Hanouna et Louis Boyard à propos de Vincent Bolloré © Capture d'écran C8

, publié le 14 novembre 2022

Après le dépôt de plainte du député Louis Boyard, que risque vraiment Cyril Hanouna devant la justice française ?

L'affaire prend un tournant judiciaire. Ce lundi 14 novembre 2022, quatre jours après la vive altercation qui l'a opposé à Cyril Hanouna, le député de la France insoumise Louis Boyard a déposé plainte contre l'animateur de C8 pour "injure publique envers une personne chargée d'une mission de service public". Jeudi dernier, en direct dans "Touche pas à mon poste", Cyril Hanouna s'était emporté et avait qualifié l'élu de "merde", d'"abruti" ou encore de "bouffon". Une séquence virale qui a fait couler beaucoup d'encre tout le week-end et avait poussé l'Arcom, le gendarme de l'audiovisuel, à réagir dès samedi. "Nous sommes saisis et nous allons examiner la séquence au regard des obligations de l'éditeur", avait indiqué l'autorité publique à l'Agence France Presse (AFP). "Nous allons visionner la séquence et passer au crible chaque phrase et les traiter de manière juridique et passer, le cas échéant à une instruction avant de prendre une décision", avait ajouté dans la foulée la porte-parole de l'Arcom au "Parisien" annonçant avoir "reçu des signalements" de téléspectateurs.

Jusqu'à un an d'emprisonnement

Mais que risque vraiment Cyril Hanouna devant les tribunaux ? Selon l'article 433-5 du code pénal, l'animateur pourrait écoper d'une amende pouvant aller jusqu'à 15.000 euros et risque jusqu'à un an d'emprisonnement. En effet, depuis septembre 2020, la réponse pénale a ce genre d'injures a été durcie par une circulaire publiée par le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti. A l'époque, face à l'augmentation des agressions à l'encontre d'élus, le ministère de la justice avait fait passer ce texte promettant une "réponse proportionnée, systématique et immédiate" mais aussi plus lourde.

A LIRE AUSSI : Clash entre Cyril Hanouna et Louis Boyard : Bertrand Chameroy tacle sévèrement l'Arcom sur RTL

Dorénavant, les injures envers des élus de la République sont considérées comme "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique ou chargé d'une mission de service public (...) Lorsque l'outrage est adressé à une personne dépositaire de l'autorité publique, à un sapeur-pompier ou à un marin-pompier dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses missions, l'outrage est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende", précise l'article 433-5 du code pénal.

A noter que contrairement aux faits d'injures, l'outrage permet également à un tribunal de prononcer des travaux d'intérêt général.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.