Michael Jones sur les Enfoirés : "L'esprit a changé"

Michael Jones sur les Enfoirés : "L'esprit a changé"
Michael Jones lors du concert "Unis pour le Liban" à l'Olympia de Paris, le 1er octobre 2020.

Il était l'un des derniers tauliers de la troupe des Enfoirés et pourtant... début 2021, Michael Jones annonce son départ du célèbre collectif cinq ans après son fidèle acolyte et ami, Jean-Jacques Goldman. Interrogé par le journal La Provence, le guitariste est revenu sur son choix et n'a pas hésité à asséner quelques piques à la nouvelle formule des Enfoirés.

Depuis 1989, Michael Jones faisait briller les Enfoirés par sa présence mythique, ses riffs endiablés et ses sublimes textes. Proche collaborateur et ami de Jean-Jacques Goldman, autre taulier du collectif, le musicien franco-gallois a participé à la quasi intégralité des spectacles de la troupe pendant plus de 30 ans ! Mais c'est bien connu : toutes les bonnes choses ont une fin. Aussi, c'est début 2021, soit cinq ans après son fidèle acolyte, que le Britannique a annoncé son départ en affirmant ne plus se sentir à l'aise au sein du collectif. "On ne va pas se mentir. On n'a pas la même pêche à 69 ans qu'à 30 ans... C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai pris la décision de quitter les Enfoirés cette année. J'avais fait mon temps. Je n'arrivais plus à suivre le rythme imposé par les tournées et les concerts de 4 heures...", a-t-il précisé dans les colonnes de La Provence.

"Je ne m'y retrouvais plus..."

Si Michael Jones commençait à se sentir trop vieux pour suivre le rythme effréné des petits nouveaux, il affirme aussi que l'ambiance, différente depuis quelques années, est également un facteur qui l'a poussé à raccrocher. "J'étais l'un des derniers vétérans avec Maxime Le Forestier. L'esprit a aussi changé. C'est plus commercial. Enfin bref, je ne m'y retrouvais plus...", a-t-il expliqué. Tout cela sans compter le fait que le musicien ne parvenait plus à s'attacher aux projets musicaux de la troupe. Et à ce propos, le Britannique ne mâche pas ses mots... "C'est un point de vue personnel, mais je trouve que les jeunes artistes n'ont pas grand chose à exprimer. Les textes sont parfois très pauvres. Aujourd'hui, tu peux devenir une star avec de la musique numérisée diffusée sur les plateformes musicales. J'appelle ça de la musique 'fast-food'", a-t-il lancé. Voilà qui a le mérite d'être clair !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.