Les lives Twitch officiellement bannis de l'Assemblée nationale

Les lives Twitch officiellement bannis de l'Assemblée nationaleFrance Télévisions arrive sur Twitch © ANDBZ/ABACA

, publié le 8 décembre 2022

Deux députés de La France Insoumise ont été épinglés par des membres de la majorité pour avoir relayé en direct des sessions de l'hémicycle sur la plateforme de vidéo en direct.

Les députés peuvent-ils animer une émission sur Twitch depuis l'Assemblée nationale ? La question encore farfelue il y a quelques années vient d'être tranchée. Le Bureau de l'Assemblée, la plus haute autorité de l'institution, a précisé une partie du règlement intérieur publié le 7 décembre.

Les consignes "qui interdisent aux députés de téléphoner à l'intérieur de l'hémicycle, s'appliquent aussi à l'emploi de tout outil de communication avec l'extérieur depuis l'hémicycle". Une interdiction qui vise plus particulièrement les "plateformes retransmettant le flux vidéo ou audio des débats" comme Twitch mais également YouTube.

"On ne dérangeait pas"

Cette clarification est la conséquence directe d'un débat apparu à la mi-novembre, pendant l'étude de la LOPMI, la loi d'orientation de politique du ministère de l'Intérieur. Durant les échanges de la chambre basse, deux députés de La France Insoumise (LFI), Ugo Bernalicis et Antoine Léaument, ont utilisé la plateforme pour relayer et commenter les séances. Une initiative qui leur a valu un rappel à l'ordre et l'agacement des députés de la majorité.

A LIRE AUSSI : Twitch modifie ses règles de partage de revenus, le streameur ZeratoR agacé

Le parlementaire Ugo Bernalicis jugeait au moment des remous que son compte DepuTwitch n'était pas nuisible. Au contraire, il "permet à des gens de s'intéresser à ce qui passe à l'Assemblée nationale, d'avoir des explications en direct et de se sentir partie prenante des débats".

Mis au courant de cette décision Antoine Léaument, explique sa déception : "On ne dérangeait vraiment pas la séance et on ouvrait l'Assemblée à d'autres gens. Je pense que cette décision relève surtout de la jalousie". Le parlementaire ne compte pas renoncer à son activité de streamer, il a d'ores et déjà mis en place un studio dans son bureau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.