Léa Salamé rescapée du 11 septembre : son témoignage bouleversant

Léa Salamé rescapée du 11 septembre : son témoignage bouleversant
Léa Salamé lors du photocall dans le cadre de la conférence de presse de France Télévisions au Pavillon Gabriel à Paris, le 24 août 2021.

Le 11 septembre 2001, Léa Salamé se trouvait à New York lors des attentats du World Trade Center. Vingt ans plus tard dans On est en direct, elle a livré un témoignage bouleversant sur la façon dont elle avait vécu ces événements.

"Je sais que vous étiez sur place, vous alliez chercher un pain au raisin, ça m'a marqué parce que vous l'avez raconté à Philippe Lançon un an avant que lui-même ne soit victime d'un attentat à Charlie Hebdo", a lancé Laurent Ruquier à sa binôme Léa Salamé dans On est en direct, le 11 septembre 2021. La journaliste franco-libanaise était en effet aux États-Unis dans le cadre d'un échange entre Science Po et la New York University, et se trouvait "à trois blocs du World Trade Center" lorsque les tours se sont effondrées. Mais sur le moment, elle n'a pas bien compris ce qu'il se passait.

"On a été propulsés par terre, jetés par terre, éraflés de partout"

"Vous, vous avez tous vu devant vos écrans de télévision les avions rentrer dans les tours et s'effondrer, sauf que quand on était en bas, nous, on ne comprenait rien, a rapporté celle qui s'est adoucie grâce à la maternité. On pensait juste qu'il y avait un incendie au World Trade Center et puis soudainement quand la première tour s'est effondrée, moi j'ai ressenti, on a tous ressenti, on a été propulsés par terre, jetés par terre, éraflés de partout et moi à ce moment-là je pense qu'on me tire dessus."

"Je me lève péniblement et je pense qu'il y a une guerre et qu'on me shoote. Et je vais courir vers mon université pendant 45 minutes", a-t-elle poursuivi avec émotion. C'est finalement sa colocataire qui lui a appris ce qu'il venait de se passer. "Mais quelles tours, de quoi tu me parles ? On est en train de nous tirer dessus", lui a alors répondu Léa Salamé.

Très marquée par cet épisode, la journaliste n'a pas pu regarder les images des attentats pendant vingt ans. "C'est la première fois, pour ces 20 ans, que je les regarde", a-t-elle précisé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.