Laurence Ferrari de retour sur Europe 1 : "La radio c'est ma nature profonde"

Laurence Ferrari de retour sur Europe 1 : "La radio c'est ma nature profonde"
Laurence Ferrari dans le village des internationaux de France de tennis de Roland-Garros à Paris, le 6 juin 2019.

Bien qu'elle soit surtout connue comme étant la présentatrice joker du JT de 20h sur TF1, Laurence Ferrari nourrit en réalité un amour sans limite pour le monde de la radio. De retour sur Europe 1 après de longues années, la journaliste s'est confiée auprès du Parisien et n'a pas manqué de montrer son enthousiasme concernant sa nouvelle émission intitulée "Punchline".

Si Laurence Ferrari est plus que ravie de revenir à ses premiers amours, son arrivée sur Europe 1 n'est visiblement pas au goût de toute le monde... Pourtant, la journaliste, qui s'est toujours considérée comme "une enfant de la radio", a débuté sa carrière sur les ondes de cette même station. "Faire de la radio c'est ma nature profonde. Je suis très heureuse de revenir à Europe 1 où j'ai fait mes premiers pas", a-t-elle assuré avec enthousiasme dans les colonnes du Parisien. Alors que la station traverse justement une grosse crise et que les nombreux changements mis en place par Vincent Bolloré semblent déplaire à beaucoup de monde, l'épouse de Renaud Capuçon affirme qu'elle fera tout son possible pour faire remonter les audiences : "La mission est d'apporter sérénité et stabilité à Europe 1. Je vais essayer de faire au moins aussi bien que ce qui était en place l'an dernier."

"J'ai une liberté éditoriale totale"

Accusée par de nombreux autres journalistes d'être une "Bolloré girl" influençable, Laurence Ferrari a tenu à assurer que sa nouvelle émission baptisée "Punchline" et diffusée à la fois sur CNews et Europe 1, n'est pas un instrument électoral destiné à faire la promotion du parti de droite. "CNews n'est pas un médias d'opinion mais une chaîne qui ne s'interdit rien, reçoit tout le monde, et reflète les débats qui agitent la société. (...) J'ai une liberté éditoriale totale !", a-t-elle affirmé toujours au Parisien. Et la jolie blonde de conclure : "Vous savez, j'ai 33 ans de carrière donc on pourrait dire que j'ai été une 'Lagardère girl', une 'Bouygues girl', une 'Canal girl'... Donc tout cela me laisse assez indifférente. Je suis journaliste et cela me va très bien."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.