"L'angle que vous choisissez est absurde" : Edouard Philippe agacé par un sujet de "Complément d'enquête"

"L'angle que vous choisissez est absurde" : Edouard Philippe agacé par un sujet de "Complément d'enquête"Edouard Philippe agacé par un sujet de "Complément d'enquête" © France 2

, publié le 20 mai 2022

L'équipe du magazine de France 2 s'est intéressée aux ambitions de l'ancien Premier ministre.

"Monsieur Loyal ou futur rival ?". C'est la question que s'est posée l'équipe de "Complément d'enquête" sur France 2 à l'occasion d'un numéro consacré à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe. Celui qui a lancé son propre parti nommé Horizons, présentera des candidats aux prochaines législatives sous la bannière de la majorité présidentielle. Mais ce n'est pas tout. "Le dimanche 24 avril, une trentaine de militants LREM ont accueilli Édouard Philippe aux cris d''Édouard, président !'", a précisé "Complément d'enquête" dans un communiqué en amont de la diffusion en faisant référence aux ambitions présidentielles supposées de l'actuel maire du Havre.

"On exagère un peu les tensions qu'il y a pu avoir entre vous deux ?"

Edouard Philippe a eu l'occasion de s'en expliquer en fin d'émission dans les incontournables fauteuils rouges, interrogé par Tristan Waleckx. L'occasion pour lui de donner son ressenti sur le sujet de France 2. "Nous avons travaillé pendant trois ans de façon très proche et très intense (avec Emmanuel Macron, ndlr). Très fluide. En confiance, contrairement à beaucoup de choses que vous dites dans votre documentaire...", a lancé Edouard Philippe. Une pique que Tristan Waleckx a saisi au vol : "Vous pensez qu'on exagère un peu les tensions qu'il y a pu avoir entre vous deux ?".

S'il n'a pas répondu directement, l'ancien chef du gouvernement a livré un raisonnement en ce sens. "Je pense que les commentateurs, qui pour certains sont des responsables politiques, d'autres sont des journalistes, passent un temps absolument considérable à commenter ces sujets qui n'ont pas beaucoup d'importance et qui vous interdisent de parler d'autres sujets qui sont beaucoup plus intéressants", a déploré Edouard Philippe.

Face à l'insistance de son interlocuteur, le responsable politique a enfoncé le clou : "L'angle que vous choisissez, c'est-à-dire celui de la confrontation, de la compétition même, entre le président de la République et moi, est absurde". Et ce, pour une saison simple selon l'élu local : "Le président de la République, il est président de la République. Il n'y a pas de compétition avec lui !". puremedias.com vous propose de revoir cette séquence.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.