Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti d'extrême-droite italien

Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti d'extrême-droite italienSujet sur Giorgia Meloni de BFMTV © INA

, publié le 26 septembre 2022

Le parti d'extrême-droite Fratelli d'Italia, présidé par Giorgia Meloni, a remporté cette nuit les élections législatives en Italie.

Archives. Sa toute première télé en France. Cette nuit, Giorgia Meloni, présidente du parti d'extrême-droite Fratelli d'Italia, a frappé un grand coup lors des élections législatives en Italie. Son mouvement s'est imposé en tête du scrutin avec près de 26,5% des suffrages. Grâce à une coalition des droites avec la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi, elle peut s'assurer une majorité absolue au Parlement. La femme politique devrait ainsi devenir la nouvelle Première ministre italienne.

"Ses références politiques sont celles de l'Italie fasciste"

Si elle n'est pas connue du grand public en France, Giorgia Meloni a déjà accordé des entretiens à la télévision française. En effet, selon une archive retrouvée par l'INA et que puremedias.com vous propose de visionner, la patronne du parti néo-fasciste s'était pliée à l'exercice de l'interview en 1996 face à un journaliste de France 3, dans "Soir 3".

Alors âgée de 19 ans, Giorgia Meloni n'était à l'époque qu'une militante de L'Alliance nationale, un parti d'extrême-droite en opposition avec un certain... Silvio Berlusconi. "Giorgia a 19 ans. Elle milite depuis deux ans. D'abord dans son lycée où elle rejoint une coordination d'étudiants de droite. Elle distribue des tracts et manifeste contre la gauche", l'avait présenté la journaliste, en voix off, dans le reportage. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, ses références politiques sont celles de l'Italie fasciste. Giorgia ne s'en cache pas".

"Moi, je crois que Mussolini, c'était un bon politicien, c'est-à-dire que tout ce qu'il a fait, il l'a fait pour l'Italie. On ne retrouve pas ça dans les politiciens qu'on a eus dans les derniers cinquante ans", avait raconté Giorgia Meloni, en français, face à la caméra de France 3. "Je milite parce que j'y crois. Si nous perdons, je sais que nous gagnerons une autre fois", avait-elle ajouté, au sujet des élections législatives de 1996.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.