Gilles Bouleau évoque son grand regret professionnel : "J'ai un peu honte"

Gilles Bouleau évoque son grand regret professionnel : "J'ai un peu honte"
Gilles Bouleau lors du tournoi de Roland-Garros à Paris, le 11 juin 2021.

Dans le documentaire "Le crash DSK", diffusé mercredi 11 mai 2022 sur TMC, Gilles Bouleau a partagé un souvenir professionnel dont il n'est pas fier, datant d'il y a maintenant dix ans.

Il y a dix ans, Dominique Strauss-Kahn, alors directeur du Fonds monétaire international (FMI), était accusé d'agression sexuelle par Nafissatou Diallo, femme de chambre du Sofitel de New York. Cette affaire, qui s'est soldée par un non-lieu pénal assorti d'un accord financier entre l'homme politique et Nafissatou Diallo, a fait grand bruit outre-Atlantique comme en France. Elle a notamment été couverte par Gilles Bouleau, qui était à cette époque reporter aux États-Unis.

Quand Gilles Bouleau devait traquer DSK et Anne Sinclair

Désormais présentateur du 20h de TF1, celui qui a récemment animé le débat présidentiel d'entre-deux-tours avec Léa Salamé ne garde pas un bon souvenir de cette période. "J'ai un peu honte, a-t-il ainsi reconnu dans le documentaire "Le crash DSK". Parce que pendant toutes ces années où j'étais aux États-Unis, je me suis enorgueilli de faire du journalisme propre."

"Et là, je me suis retrouvé à passer des heures sur un pliant, comme un pêcheur à la ligne, à traquer, à regarder Dominique Strauss-Kahn, que je connaissais peu et que j'avais rencontré deux fois au FMI, et Anne Sinclair, une personne pour qui j'ai toujours une très grande estime", a poursuivi le journaliste. Gilles Bouleau a même regretté d'être sur place à ce moment-là : "J'ai eu un moment de schizophrénie où je me suis dit : 'Mais qu'est-ce que tu fais là ?'"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.