En colère, Cauet pousse un coup de gueule contre la fermeture des discothèques

En colère, Cauet pousse un coup de gueule contre la fermeture des discothèques
Sébastien Cauet lors de la conférence de presse du groupe NRJ aux Folies Bergères, le 16 septembre 2019.

C'est un nouveau coup dur pour le monde de la nuit... Face à la nouvelle vague de coronavirus, le gouvernement a décidé de prendre de nouvelles mesures. Ainsi, les discothèques seront obligées de fermer à nouveau leurs portes à partir du 10 décembre 2021. Une décision incompréhensible pour beaucoup, notamment pour Sébastien Cauet qui n'a pas hésité à pousser un coup de gueule.

Déjà lourdement impactées par les précédentes vagues du virus, les boîtes de nuit se retrouvent à nouveau dans le viseur du gouvernement. Contraints à une fermeture prochaine, beaucoup de ces établissements ne parviennent plus à sortir la tête de l'eau. Choqué par cette nouvelle décision gouvernementale, Sébastien Cauet s'est emporté en direct sur les ondes de la station NRJ, dans la soirée du 6 décembre 2021. "Il faudra qu'on m'explique pourquoi les clubs sont fermés alors qu'ils leur ont demandé de prendre des agents de sécurité pour vérifier les pass sanitaires. Ensuite, ils ont demandé de réaliser des tests PCR. Les mecs ont fait venir des moyens pour les réaliser. Ça, c'est les discothèques qui ont payé !", a rappelé celui qui se définit comme un papa gâteau.

"C'est hallucinant !"

Mais ce qui révolte par-dessus tout l'animateur radio, c'est le caractère profondément injuste de cette énième mesure sanitaire. En effet, pourquoi les divers rassemblements politiques pourraient continuer à avoir lieu quand les discothèques sont obligées de fermer ? "On leur a demandé tout ça, résultat : on les ferme aujourd'hui, alors qu'hier ils ont pu voir en cumulé 17 000 personnes aux meetings de Zemmour et Mélenchon, sans aucun pass sanitaire ni masque. En gros, on a fermé des gens qui ont bien fait leur travail, mais ceux qui n'ont pas fait le leur, eux, vont continuer de faire des meetings. C'est hallucinant !", a-t-il déploré. De quoi se poser en effet quelques questions...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.