Emmanuel Macron enfin en prime time sur France 2 : L'épilogue de plusieurs mois de tension

Emmanuel Macron enfin en prime time sur France 2 : L'épilogue de plusieurs mois de tensionTour de France : Emmanuel Macron salue la mobilisation de France Télévisions © Gilles GUSTINE

, publié le 12 octobre 2022

France 2 a convaincu le président de la République de lui accorder deux interviews en prime time en l'espace de 15 jours dans le cadre de sa nouvelle émission politique menée par Caroline Roux, "L'événement". La partie n'était pas gagnée d'avance.

France 2 sort le grand jeu. Dans un communiqué publié vendredi dernier, la chaîne a annoncé que sa nouvelle émission politique "L'événement" accueillera ce mercredi 12 octobre à 20h20 en direct Emmanuel Macron. Le président de la République accordera un entretien exclusif d'une heure à Caroline Roux, qui succède cette saison à Léa Salamé à la tête du grand rendez-vous politique de la chaîne. Et ce n'est pas tout. Après ce numéro inaugural consacré aux questions internationales, Emmanuel Macron et Caroline Roux se rencontreront de nouveau quinze jours plus tard, le mercredi 26 octobre, pour parler des "grands enjeux de politique intérieure", toujours dans le cadre de "L'événement".

Qui aurait cru il y a encore quelques mois que France 2 serait capable de convaincre le chef de l'Etat de se prêter à deux reprises à l'exercice de l'interview en première partie de soirée ? Sûrement pas Laurent Guimier, qui était encore la semaine dernière le patron de l'information de France Télévisions, avant de voir Alexandre Kara lui succéder à ce poste très exposé, , Delphine Ernotte Cunci.

Emmanuel Macron sur France 2 en prime time : une première

Pour la première fois depuis son arrivée à l'Elysée en 2017, Emmanuel Macron interviendra en première partie de soirée sur France 2. "Il est normal qu'un président s'exprime sur toutes les chaînes, à tour de rôle, juge le cadre d'une chaîne concurrente auprès de puremedias.com. Emmanuel Macron avait besoin d'aller sur le service public". Notre interlocuteur estime que la présence de Caroline Roux a été de nature à convaincre le président. En effet, le 14 juillet dernier, ce n'était pas la première fois que la journaliste interrogeait Emmanuel Macron : un exercice auquel elle s'était déjà confrontée dans "Les 4 vérités" sur France 2 en avril dernier ou au cours d'un numéro spécial de "C dans l'air" consacré à la Turquie sur France 5 en mars 2021.

Pendant la dernière campagne présidentielle, le président-candidat avait donné l'impression de jouer au jeu du chat et de la souris avec le service public, préférant s'exprimer sur TF1 aux heures de grande écoute. Celui qui était candidat à sa propre succession avait fait le choix de ne pas participer au prime time de France 2 "Elysée 2022" dans lequel Léa Salamé et Laurent Guimier devaient recevoir tous les candidats à l'élection présidentielle. Un problème d'agenda avait alors été évoqué. "Je suis obligé d'organiser mon temps. J'ai moins de temps de disponible pour la campagne que mes concurrents et donc j'ai fait des choix", s'était justifié Emmanuel Macron à l'époque.

"Pourquoi les téléspectateurs de France 2 n'ont-ils pas la possibilité de vous entendre sur leur chaîne ? La Société des journalistes de France 2 ne peut que regretter ce choix qu'elle ne comprend pas", avait réagi au printemps dernier la SDJ de la chaîne dans un communiqué. Le président sortant avait fini par accepter l'invitation d'Anne-Sophie Lapix... dans le journal de "20 Heures" à trois jours du second tour.

L'interview de Mohamed Bouhafsi en Ukraine

La tension avec la rédaction avait atteint un pic au mois de juin lors d'un voyage officiel en Ukraine du président fraîchement réélu où le chef de l'Etat avait été interrogé par le journaliste Mohamed Bouhafsi de l'émission "C à vous" sur France 5. "L'Élysée avait donc choisi sciemment en refusant un représentant de la rédaction nationale de France Télévisions", s'était ému le Syndicat national des journalistes du service public dans un communiqué. Et le syndicat de qualifier l'épisode de la manière suivante : "Un affront, une insulte doublée d'une désorganisation au plus haut niveau". Dans une récente interview à puremedias.com, Mohamed Bouhafsi a estimé avec le recul : "Je pense que j'ai été une victime collatérale de certaines incompréhensions avec l'Elysée".

La nomination d'Alexandre Kara a-t-elle été de nature à accélérer le calendrier et à convaincre le président de la République ? Peu probable selon un professionnel de l'info qui note que ce genre de grand barnum s'anticipe des semaines à l'avance. De même, les interviews passées de Caroline Roux ont-elles plaidé en faveur de cette dernière ? Des questions qui resteront pour l'heure en suspens. Contactée par puremedias.com, la direction de la communication de l'information de France Télévisions indique que ni Alexandre Kara, ni Caroline Roux ne s'exprimeront dans les médias avant le lancement de "L'événement". Dont acte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.