Élisabeth Quin : ses rares confidences sur la perte progressive de sa vue

Élisabeth Quin : ses rares confidences sur la perte progressive de sa vue
La journaliste Élisabeth Quin lors de la première du documentaire "Maria by Callas" à l'UGC Normandie à Paris, le 5 décembre 2017.

Vendredi 28 janvier 2022, la présentatrice Élisabeth Quin sera aux commandes d'une édition spéciale du journal 28 minutes, diffusé sur Arte. L'occasion d'accorder une interview au quotidien régional Le Parisien, et de se confier sans tabou sur les problèmes de vue avec lesquels elle vit au quotidien.

Depuis dix ans, Élisabeth Quin est à la tête de 28 minutes, un talk-show d'actualité diffusé tous les jours sur Arte. À cette occasion, la journaliste de 58 ans s'est laissée aller à quelques confidences dans les colonnes du journal Le Parisien. Interrogée sur ses problèmes de vue et la manière dont elle gère sa maladie au quotidien, celle qui souffre d'un double glaucome a affirmé : "Ces derniers mois, on a trouvé un moyen de ne plus me mettre de projecteur en pleine gueule. Avant ça, c'était très pénible. J'avais l'impression d'avoir des coups de poignard dans les yeux."

"Ce que j'ai perdu, je ne le récupérerai jamais"

Ce n'est que très récemment, il y a deux ans, que la journaliste a découvert qu'elle était atteinte d'une maladie oculaire, lors d'un rendez-vous médical. "Un ophtalmologiste me dit : 'Faut que ça tienne 30 ans.' Je lui demande de quoi il parle. Et là, il me répond : 'Votre vision.' C'était horrible, s'est-elle souvenue. Le mec ne s'est pas rendu compte de la brutalité de l'annonce."

Aujourd'hui, Elisabeth Quin continue de réaliser avec passion son travail, même si quelques adaptations sont nécessaires. "On m'a posé deux stents côté gauche pour faire baisser la tension intraoculaire", a expliqué la présentatrice. Avant de conclure : "Ce que j'ai perdu, je ne le récupérerai jamais. Je n'y vois pas plus clair, mais ça ne m'empêche pas de faire mon travail."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.