"Dans l'ombre" : France Télévisions va adapter le thriller politique d'Édouard Philippe

"Dans l'ombre" : France Télévisions va adapter le thriller politique d'Édouard PhilippeEdouard Phillipe à l'Assemblée nationale. © Abaca

, publié le 19 octobre 2022

L'ancien Premier ministre participe avec Gilles Boyer, l'un de ses fidèles lieutenants dans le milieu politique, à l'écriture de cette série dont le tournage débutera en 2023.

Le nouveau "Baron noir" (de droite) de France Télévisions ? Le groupe audiovisuel public a annoncé, hier à l'occasion du Mipcom de Cannes, la production de la série "Dans l'ombre", une adaptation du thriller éponyme écrit par l'ancien Premier ministre, Édouard Philippe, et Gilles Boyer, l'un de ses collaborateurs les plus proches qui a notamment dirigé la campagne d'Alain Juppé lors de la primaire des Républicains en 2016.

Une primaire entachée de fraude

Si le cast de "Dans l'ombre", thriller politique et comédie corrosive sur les usages de la politique française, est encore une énigme, cette série, dont le tournage débutera au printemps prochain, met en lumière César Casalonga, conseiller politique de l'ombre et excellent stratège, et son patron, Paul Francoeur, qu'il accompagne depuis 20 ans dans l'ascension qui doit le conduire à la présidence de la République.

Cet objectif, est-il détaillé dans le synopsis, est enfin en vue lorsque Francoeur gagne l'investiture de son parti à l'issue d'une primaire qui l'opposait à sa concurrente Marie-France Trémeau. La victoire est serrée et n'en est que plus belle. Alors que l'heure est à l'union entre les états-majors des deux candidats, César reçoit un coup de fil anonyme qui l'informe que la primaire a été truquée. Il va devoir se rendre rapidement à l'évidence : une fraude a été commise.

S'ensuit une course folle contre la montre en pleine campagne présidentielle, alors que les pièges tendus par leurs adversaires politiques - dont certains proviennent peut-être de leur propre-camp - se multiplient : César et Marylin, la directrice de la communication de Francoeur, épaulés par la garde rapprochée du candidat, doivent faire toute la lumière sur la fraude avant que la presse ou le camp adverse ne s'en emparent. Mais la paranoïa gagne l'entourage du candidat et les failles de l'équipe se font de plus en plus visibles.

"Un exercice passionnant mais compliqué"

À la fin de l'été 2021, Édouard Philippe, démis un an plus tôt de ses fonctions à Matignon par Emmanuel Macron, avait assuré, lors du festival Séries Mania de Lille, prendre du plaisir dans cette nouvelle activité. "C'est un exercice passionnant mais compliqué parce que la technique d'écriture d'un roman et la technique d'écriture d'une série sont assez différentes", analysait-il.

Le maire du Havre (Seine-Maritime) de développer sur le rapport à la réalité de la future série : "On veut montrer que la vie politique est faite de gens qui cherchent le meilleur, des gens qui sont parfois tout à fait remarquables, qui ont des raisons de s'engager qui sont très nobles... et elle est aussi faite de cynisme, de dureté, de manoeuvres, de compromis qui peuvent parfois prendre la forme de compromissions, et les deux existent ensemble, un des soucis de l'adaptation est de garder le curseur au bon endroit".

Retour d'une série politique sur France Télévisions

France Télévisions renoue de cette façon avec la série politique. Entre 2012 et 2016, France 2 avait diffusé la série "Les hommes de l'ombre" avec, entre autres, Nathalie Baye, Bruno Wolkowitch et Grégory Fitoussi. Les six épisodes de la première saison avaient été salués par une excellente moyenne de 4,8 millions de téléspectateurs, soit 17,6% du public. Les audiences s'étaient ensuite effritées avec un bilan de 3,3 millions de téléspectateurs et 13,2% du public en saison 2 et 2,7 millions d'irréductibles et 11,2% du public en saison 3.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.