Media

Critiqué après une blague sur Marc Dutroux, "So Foot" modifie un article sur l'élimination des Belges en Coupe du monde

Bande-annonce de la Coupe du monde de football sur TF1 © Abaca

Ils n'avaient déjà pas la frite avec l'élimination de leur pays. Hier, lors de son dernier match de poule en Coupe du monde, la Belgique n'est pas parvenue à battre la Croatie et a signé un match nul 0 à 0, synonyme de fin de compétition pour l'équipe de Kevin de Bruyne. Cette ultime rencontre est venue conclure un parcours compliqué pour les Diables rouges, que les supporters ont eu du mal à digérer.

"Cette fois, Marc Dutroux n'y est pour rien"

Mais sur Twitter, de nombreux internautes étaient encore plus énervés lorsqu'ils ont lu sur le niveau de leurs joueurs. Comme à chaque match, le magazine dédié au ballon rond note la performance de chaque joueur. Et comme toujours, le journal se différencie des autres titres de presse avec ses commentateurs provocateurs et drôles.

Ce coup-ci, une blague des journalistes de "So Foot" n'est clairement passée auprès des fans de la Belgique. En effet, sur son site, le magazine a mis un 3 sur 10 en note à l'attaquant Dries Mertens. Mais ce ne fut pas le chiffre le problème, mais le commentaire en-dessous : "Encore un petit Belge porté disparu, mais cette fois, Marc Dutroux n'y est pour rien. Remplacé par Lukaku, à qui personne n'a offert de bonbons".

"Nous prendrons des mesures qui s'imposent si nécessaire"

Une plaisanterie qui n'était pas au goût des Belges, qui ont multiplié les messages d'indignation, voire d'insultes envers "So Foot". Sur Twitter, le journal français spécialisé dans le football a réagi : "Nous avons modifié la note qui a suscité tant de réactions depuis hier soir". Pour Dries Mertens, il est désormais écrit : "Il restera l'un des symboles de cette génération qui a désenchanté tout un pays. Remplacé par Lukaku qui n'a pas fait beaucoup mieux".

"Ceci dit, nous ne pouvons cautionner les menaces et intimidations contre notre journaliste", a également indiqué "So Foot". Et de prévenir : "Nous prendrons des mesures qui s'imposent si nécessaire".

publié le 2 décembre, Florian Guadalupe , Puremédias

Liens commerciaux