Conflit TF1-Canal+ : "Un préjudice qu'on ne laissera pas passer" prévient TF1

Conflit TF1-Canal+ : "Un préjudice qu'on ne laissera pas passer" prévient TF1Conflit TF1/Canal+ : Didier Casas sur franceinfo © franceinfo

, publié le 5 septembre 2022

Le secrétaire général du groupe TF1, Didier Casas, s'est exprimé ce matin sur franceinfo dans un contexte où ses chaînes ne sont plus distribuées par Canal+ depuis vendredi, entraînant un préjudice d'audience.

TF1 hausse le ton. Ce matin , Didier Casas, secrétaire général du groupe TF1, était l'invité de Marc Fauvelle dans la matinale de franceinfo pour commenter le feuilleton TF1-Canal+ débuté vendredi matin. Le groupe crypté a en effet pris la décision de couper le signal des cinq chaînes du groupe TF1 en soulignant la fin de l'actuel contrat de distribution, fixé au 31 août. Et Canal+ refuse pour l'heure de signer un nouveau contrat en dénonçant dans son communiqué initial "le versement d'une rémunération très conséquente" réclamée par TF1. Les 50% d'augmentation mentionnés par Canal+ ont été qualifiés de "fantaisistes" par Didier Casas dans la matinale.

"Canal+ se dit victime d'une situation"

Dès vendredi dans "Le Parisien", Didier Casas a annoncé que TF1 était prêt à tendre la main au groupe Canal+ : "Nous sommes désireux de discussions ouvertes, constructives et de bonne foi"", a affirmé le responsable. Mais sur franceinfo ce matin, Didier Casas a sifflé la fin de la récréation. "Canal+ se dit victime d'une situation. La vérité, c'est l'inverse. On voit bien aujourd'hui que Canal+ est un acteur très important. Nous avons des impacts d'audience extrêmement importants qui nous créent un préjudice qu'on ne laissera pas passer. On ne va pas se laisser prendre de l'audience et laisser nos téléspectateurs sans possibilité de regarder nos antennes, sans réagir", a-t-il prévenu, alors que vendredi soir et samedi soir, le "20 Heures" de France 2 est passé devant celui de TF1.

Si dans son communiqué vendredi, Canal+ dénonçait la "situation dominante" du groupe TF1, Didier Casas a donc inversé l'attaque sur franceinfo. "Canal est central dans ce pays, tout simplement. Nous sommes très heureux de pouvoir être diffusés sur Canal+, mais Canal+ exige des choses que nous ne pouvons pas lui donner". Et de préciser : "Il est traité exactement comme tous les autres distributeurs du groupe TF1". puremedias.com vous propose de revoir cette séquence.

Pour l'heure, contrairement au titre de nos confrères de franceinfo, TF1 n'a pas porté plainte contre Canal+, mais "réfléchit très sérieusement aux suites à donner", indique la chaîne à puremedias.com. La ministre de la Culture Rima Abdul-Malak est intervenue dans ce dossier ce week-end en demandant au patron du groupe Canal+ de rétablir le signal sur son offre TNT Sat, qui permet de recevoir les chaînes de la TNT dans les zones où la couverture hertzienne est mauvaise. Une demande à laquelle Maxime Saada a opposé une fin de non recevoir dans "Le journal du dimanche" : "Nos relations avec le groupe TF1 s'inscrivent dans le cadre de relations commerciales privées, dans lesquelles les pouvoirs publics ne peuvent s'immiscer. Le groupe Canal+ ne peut décider seul de continuer à diffuser les chaînes du groupe TF1, sans accord".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.