Ce soir à la télé : Virginie Efira dans un thriller hitchcockien haletant

Ce soir à la télé : Virginie Efira dans un thriller hitchcockien haletantLa bande annonce de "Madeleine Collins" © Paname Distribution / UFO

, publié le 29 novembre 2022

Virigine Efira tient ce soir sur Canal+ le premier rôle de "Madeleine Collins", film sur la double identité. Un registre rarement interprété par des femmes au cinéma.

Virginie Efira n'a pas fini de vous étonner. Ce mardi 29 novembre 2022 à partir de 21h, Canal+ diffuse "Madeleine Collins", film porté de bout en bout par l'actrice belge. Les spectateurs la découvriront dans la peau de Judith Fauvet, héroïne qui a la particularité de mener une double vie, entre la Suisse et la France. Il y a d'un côté Abdel, avec qui elle élève une petite fille ; de l'autre Melvil, avec qui elle a deux garçons plus âgés. Mais peu à peu, la frontière entre ses deux vies se brise. Prise au piège, Judith choisit la fuite en avant, l'escalade vertigineuse. Ses deux époux de fiction sont ici campés par Bruno Salomone et Quim Gutiérrez.

Il s'agit seulement du second long-métrage d'Antoine Barraud, vu par 200.000 spectateurs lors de sa sortie en salles en décembre 2021. La particularité de "Madeleine Collins" - le titre fait référence à une nouvelle identité adoptée en cours de route par l'héroïne - est de faire porter la thématique de la double vie à une femme, alors que le cinéma a jusqu'à présent choisi des hommes pour ce rôle trouble.

"Un exercice de haute voltige"

Les critiques ont été enthousiastes à propos du long-métrage, à l'image de "Ouest France" qui salue un "thriller hitchcockien haletant". Pour "Première" : "Ce personnage border line tout en intériorité nécessitait une actrice toute en nuances et puissance tranquille. Virginie Efira ne pouvait pas être un meilleur choix tant elle s'y montre magistralement fascinante". Et pour "Sud ouest" : "Sophistiqué, ambitieux, le film fait le pari d'un drame qui ne dit pas son nom. Un exercice de haute voltige".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.