"C'est facile de se cacher derrière la baisse de l'audimat" : Le coup de gueule de la productrice de "Plus belle la vie"

"C'est facile de se cacher derrière la baisse de l'audimat" : Le coup de gueule de la productrice de "Plus belle la vie"Le générique de "Plus belle la vie" sur France 3 © FTV - TELFRANCE

, publié le 30 septembre 2022

Michelle Podroznik, productrice historique de "Plus belle la vie", a estimé auprès de puremedias.com que la manière dont France Télévisions a traité le feuilleton quotidien ces derniers mois n'a pas été à la hauteur.

Un arrêt au gout amer. Le jeudi 29 septembre, en fin de journée, les équipes de "Plus belle la vie" ont tourné la dernière séquence de l'histoire du feuilleton, 18 ans après sa création. L'épilogue d'un feuilleton dans le feuilleton, qui a duré plusieurs mois, de la rumeur de l'arrêt de la série, à l'annonce officielle de France Télévisions, avec le souci d'offrir une fin digne de ce nom au doyen des feuilletons français. puremedias.com s'est rendu sur le tournage de "Plus belle la vie" à Marseille un mois avant son arrêt, le 29 août dernier.

"J'ai continué 'Plus belle la vie' parce que c'était un plaisir"

L'occasion d'évoquer ce jour-là le clap de fin tant redouté avec la productrice historique du programme, Michelle Podroznik, présente dans l'aventure dès la fin de l'année 2003, année où la société TelFrance a répondu à l'appel d'offres de France Télévisions. La sémillante octogénaire est une habituée des séries longues, elle qui a produit par le passé "PJ" pour France 2 - 12 années d'existence - et "Les Cordier, juge et flic" pour TF1, qui est restée à l'antenne pendant 13 ans. "Pendant les dix premières années, la production de 'Plus belle la vie' a été assurée par Hubert Besson, François Charlent et moi", rappelle Michelle Podroznik, tout en soulignant le soutien constant de France 3 dans ce projet hors normes : "J'ai pris ma retraite à 69 ans, officiellement, mais j'ai continué "Plus belle la vie" parce que c'était un plaisir". Jusqu'à l'arrêt de la série, elle travaillait avec les deux autres producteurs de la fiction : sa fille Claire de La Rochefoucauld ainsi que Serge Ladron de Guevara.

Selon Michelle Podroznik, le basculement pour "Plus belle la vie" a eu lieu en 2015, année où la société Newen, qui produit le feuilleton, a été rachetée par le groupe TF1 : "Ca n'a pas fait trop de vagues sur le moment mais ils (France Télévisions, ndlr) ont très vite lancé 'Un si grand soleil' (en 2018, ndlr) et on a tout de suite pensé que c'était fait pour remplacer 'Plus belle'. On a tenu quand même. Il n'y avait pas de concurrence parce qu'on n'était pas diffusés aux mêmes heures".

L'argument des audiences déclinantes avancé par le service public pour justifier la suppression de "Plus belle la vie" a le don d'agacer Michelle Podroznik. "On nous avance aujourd'hui une usure de l'audimat. Mais toutes les chaînes sont à la baisse ! Cet été, certaines semaines, 'Plus belle la vie' faisait plus de téléspectateurs que les prime time de TF1, de France 2 ou de France 3", observe la professionnelle. "Avec l'arrêt de la redevance, il a sans doute fallu faire des économies... Et c'est facile de se cacher derrière la baisse de l'audimat, surtout en nous déprogrammant sans nous prévenir, pour mettre Roland-Garros par exemple", cite-t-elle en exemple.

"Ils se sont comportés avec 'Plus belle la vie' comme si on était déjà morts..."

"Il y a eu une fronde récemment sur internet parce que la série démarrait à 20h15 au lieu de 20h20 sans que personne n'ait été averti", rappelle la productrice historique du feuilleton de France 3 à propos de la programmation étonnante survenue au cours du mois d'août. Forte de ces constats, Michelle Podroznik estime : "Ils se sont comportés avec 'Plus belle la vie' comme si on était déjà morts cette année...". Pour elle, "qu'un diffuseur arrête une série, c'est son droit. C'est lui le patron, c'est lui qui paye. Je trouve déjà fantastique qu'on ait tenu 18 ans. Mais ils n'ont pas prévenu assez tôt et ils n'ont pas bien communiqué".

Pour rappel, cet entretien accordé par Michelle Podroznik à puremedias.com a eu lieu à la fin du mois d'août, c'est-à-dire plus d'un mois avant que la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte Cunci ne publie une longue lettre sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à "Plus belle la vie".

"Je vais m'arrêter"

Interrogée le mois dernier par puremedias.com sur son avenir professionnel, Michelle Podroznik l'affirme : "Je vais m'arrêter, j'ai 82 ans. Je continuerai peut-être à donner mon avis sur des textes ou sur des castings si on me le propose, mais je vais faire autre chose. Je vais peut-être faire de l'associatif ou de la politique". Et celle qui est officiellement à la retraite depuis plus de dix ans, de conclure : "'Plus belle la vie' est une très belle aventure durant laquelle on a vu les gens évoluer, grandir, changer de métiers. Hubert Besson a su créer cette machine industrielle qui n'existait pas en France. Tous les feuilletons quotidiens sont basés sur le modèle qu'il a lancé".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.