Anne-Élisabeth Lemoine (P1) : "Comparer 'C à vous' au 'Grand journal', cela me flatte"

Anne-Élisabeth Lemoine (P1) : "Comparer 'C à vous' au 'Grand journal', cela me flatte"La bande-annonce de "C à vous" inspirée de la série Netflix "Stranger Things". © France 5

, publié le 1 septembre 2022

La présentatrice de l'access de France 5 a entamé sa sixième saison ce lundi. Pour puremedias.com, elle dessine ses objectifs pour l'année à venir.

Anne-Élisabeth Lemoine a débuté, ce lundi, sa sixième saison à la tête de "C à vous" sur France 5. Pour puremedias.com, la présentatrice a détaillé le conducteur de l'émission, les ajustements mis en place cette saison et ses ambitions pour l'année à venir.

Propos recueillis par Ludovic Galtier.

puremedias.com : Dans une bande-annonce inspirée de "Stranger Things", vous promettez une saison 14 "épique", qu'est-ce-que cela signifie ?Anne-Élisabeth Lemoine : Je n'ai jamais vu "Stranger Things", j'ai appris que j'étais Eleven (rires). C'est surtout une grosse blague. "C à vous" est une émission en direct dans laquelle, comme vous pouvez le voir dans la bande-annonce, il se passe toujours des trucs que nous n'avions pas prévus. C'est ça l'esprit de "C à vous", une émission où tout peut arriver, le plus surprenant, le plus drôle mais aussi des moments de télé très forts.

On connaît le goût de Bertrand Chameroy pour la parodie. Cette bande-annonce était-elle son idée ?Oui. Bertrand est arrivé avec cette idée géniale de nous faire faire la parodie de "Stranger Things". Nos deux nouvelles productrices éditoriales lui ont demandé de réfléchir au début de l'été à une idée de teaser rigolo. On m'a juste dit à la veille du retour au bureau (le 21 août, ndlr) de prendre ma salopette pour que je me déguise. Personne n'a posé de questions. Bertrand nous a distribués des perruques, un bandana, des déguisements. Pierre (Lescure, ndlr) était à mourir de rire... Les internautes ont adoré.

"On veut utiliser davantage Bertrand Chameroy dans l'émission"- Anne-Élisabeth LemoineBertrand Chameroy, justement, est l'un des ingrédients qui a contribué au succès de "C à vous, la suite" la saison dernière avec "Les ABC". Allez-vous "l'utiliser" davantage cette saison ?Cette année encore, sa chronique conclut l'émission. Nous voulons évidemment utiliser davantage Bertrand dans l'émission sans dénaturer la partie sérieuse de "C à vous" avec les experts, les hommes et les femmes qui font l'actualité. Désormais, il est là dès le début de l'émission, en cuisine, pour dialoguer avec le chef du jour. C'est sa nouvelle grande mission. C'est lui qui nous présente le chef. Il est en "duplex" de la cuisine alors que nous sommes exactement à 50 centimètres (rires). Nous avons beaucoup fait ce genre de séquences dans "C à vous" auparavant. Moi-même, j'ai fait beaucoup de "points cuisine".

Dans la bande-annonce de présentation de la nouvelle saison, vous êtes entourée des piliers de l'émission : Patrick Cohen, Emilie Tran Nguyen, Mohamed Bouhafsi, Matthieu Belliard, Bertrand Chameroy et Pierre Lescure. Avez-vous acté des changements dans la répartition des rôles ?Chacun conserve le sien. L'idée, c'est qu'en 50 minutes, les téléspectateurs aient une vision assez large de l'actualité. De plus en plus de téléspectateurs, me disent-ils, s'informent avec "C à vous". Aujourd'hui, le réflexe JT est moins systématique.

C'est-à-dire ?On ne concurrence pas du tout les JT. Ce n'est pas le même type d'informations. Mais en nous suivant, les téléspectateurs sont largement informés. Ils passent à côté de peu de choses et trouvent des infos qui n'ont peut-être pas leur place dans un JT avec des enquêtes et des reportages. Dans "C à vous", nous traitons d'informations parfois plus courtes, parfois plus légères, d'images insolites, etc.

"Mohamed Bouhafsi ira plus sur le terrain cette saison"- Anne-Élisabeth LemoineY a-t-il d'autres changements dans le fil conducteur de l'émission ?Toute l'équipe reste désormais en plateau jusqu'au "Vu", c'est-à-dire aux alentours de 20h15. Cela permet d'élargir "L'oeil de Pierre" en proposant une sorte de petit "bloc-notes", c'est-à-dire une ou deux infos portées par chacun des chroniqueurs en fonction de leurs envies. La première partie est très dense... Nous voulons nous offrir un petit supplément de bande jusqu'à 20h12. Nous ne voulons pas de chroniques rigides auxquelles l'invité assiste comme un spectateur.

Faîtes-vous allusion à "Quotidien", où tout est écrit d'avance sur prompteur ?Non, non, pas du tout ! Nous avons aussi des moments un peu solennels, sacralisés comme "L'édito" de Patrick Cohen, la "Story" de Mohamed Bouhafsi, "Le 5/5" de Matthieu Belliard et l'introduction du deuxième sujet d'actualité par Émilie Tran N'Guyen. Chacun raconte une histoire qu'il faut lui laisser dérouler. Mais ce "bloc-notes", on le veut comme un moment plus informel, plus convivial qui ressemble à "C à vous".

Un an après son installation, "La Story médias" de Mohamed Bouhafsi n'est plus à l'antenne. Pourquoi ?On a une nouveauté cette année, la fiction "J'étais à ça".

La fiction remplace donc sa chronique ?Nous aimerions bien que Mohamed aille plus sur le terrain, recueille plus de témoignages et qu'il fasse plus de sujets qu'il incarne. Les téléspectateurs apprécient son empathie et le fait qu'il revienne en plateau pour nous raconter les coulisses de ses rencontres. Il le faisait déjà l'année dernière mais "La Story médias" l'empêchait de s'y consacrer pleinement. L'idée, c'est de lui libérer du temps. Cela ne veut pas dire qu'il existera moins puisqu'il y a ce "bloc-notes". On va demander aussi à chacun de nos chroniqueurs, en fonction de leurs goûts et de leurs enthousiasmes, de nous donner à chaque fois trois raisons d'aimer nos invités du dîner. On le faisait un peu dans "6 à la maison" (émission de deuxième partie de soirée de France 2 créée pendant le confinement, ndlr), ça angle aussi l'interview.

"Si Patrick Cohen était une femme, Patricia Cohen serait la bienvenue"- Anne-Élisabeth LemoineAvez-vous cherché à faire évoluer le profil des chroniqueurs autour de la table pendant l'intersaison ?Il n'y avait aucune raison de chercher des incarnations journalistiques. Je pense que j'ai les meilleurs autour de moi.

Découvrez-vous en direct les chroniques de votre bande pour conserver de la spontanéité ?S'il y a bien un truc dont je suis convaincue, c'est qu'il faut savoir ce qui va se passer. Il faut que j'assume avec mes chroniqueurs. Si jamais ils sont en difficulté pour X ou Y raisons, je ne peux pas découvrir leurs chroniques. C'est la raison pour laquelle nous déterminons les angles ensemble au cours des réunions. Je lis avec Émilie son "Récap". J'ai la liste des magnétos de Matthieu. Nous nous mettons d'accord sur les relances. Je relis avec Mohamed sa chronique. Nous l'amendons s'il le faut et je lui fais des suggestions. C'est Bertrand que je découvre intégralement mais il n'y a pas d'enjeu éditorial.

Avec le départ de Marion Ruggieri, l'équipe de titulaires est à dominante masculine. Veillez-vous à la parité dans l'émission ?Bien sûr, je suis à fond sur ces questions ! Pour le coup, là, je vais me comparer. "C à vous" est le seul talk show à 19h, dans une case stratégique, qui est présenté par une femme depuis ses débuts. Personne ne l'a fait. Sur France 5, tout l'access, encore une fois hyper stratégique, est porté par des femmes, Caroline Roux et moi. Si Patrick Cohen était une femme, Patricia Cohen serait la bienvenue. Mais c'est un homme, nous n'allons pas nous en séparer parce que c'est un homme. Je pense que c'est prendre le problème à l'envers.

"'C à vous' est tout sauf une émission parfaite"- Anne-Élisabeth Lemoine"C à vous" accueille donc la fiction courte "J'étais à ça". En quoi a-t-elle sa place dans l'émission ?"J'étais à ça" est une fiction humoristique portée par Zoé Bruneau, fille de Claire Nadeau qui intervient d'ailleurs dans la série. C'est très drôle. On s'attache très vite à cette jeune trentenaire, mère célibataire qui ressemble beaucoup à l'esprit de "C à vous", c'est-à-dire qu'elle est toujours à ça de réussir un truc. Nous sommes tout sauf une émission parfaite. Parfois nous sommes à ça de la perfection, parfois nous en sommes très très loin.

Pourquoi est-elle arrivée avec un an de retard ?Je ne sais pas. Mais là, elle est aboutie, bien produite et joliment filmée avec un super casting. J'ai été attachée aux personnages en cinq épisodes.

"C a vous" n'est pas le premier talk à proposer de la fiction. Canal+ avait intégré à son access les mythiques "Bloqués" ou "Bref". Avec le "Vu", zapping de la télévision, "C à vous" est-elle devenue le nouveau "Grand Journal" ?Si on tient la comparaison, cela me flatte. Après, ils ne dînaient pas au "Grand journal".

Il ne manque que la météo et les Guignols...On a Pierre Lescure (fondateur de Canal+, ndlr) déjà.

"On aimerait bien recevoir Marine Le Pen un jour"- Anne-Élisabeth LemoineDes invités sont-ils blacklistés dans "C à vous" ?Blacklistés, non ! Jamais de la vie. Nicolas Dupont-Aignan est revenu la saison dernière et cela s'est extrêmement bien passé (Après avoir qualifié Patrick Cohen de "serviteur du pouvoir" en mars 2019, le président de Debout la France avait été invité à quitter le plateau de "C à vous", ndlr). Éric Zemmour est venu la saison dernière... Nous aimerions bien recevoir Marine Le Pen un jour. Jordan Bardella (président du Rassemblement national, ndlr) est venu un nombre considérable de fois. Il sait bien qu'il a affaire à des gens sérieux, qui ne sont pas agressifs. Il n'y a pas de clash avec le Rassemblement national.

Pourquoi a-t-elle toujours refusé ?Pour l'instant, elle n'a pas donné suite. Ce ne sont pas vraiment des refus. Une fois à l'antenne (le 15 avril 2022, ndlr), Jordan Bardella avait commencé à évoquer "l'hostilité" de certains journalistes à son égard. Ce à quoi Patrick Cohen (avec qui Marine Le Pen s'est accrochée à plusieurs reprises notamment quand il présentait le "7/9" de France Inter, ndlr) a rétorqué : "Si elle a peur des journalistes, faut pas qu'elle fasse présidente". Voilà. Mais je ne suis pas certaine que ce soit la seule raison pour laquelle elle ne vient pas.

"Dire que 'C à vous' n'est pas une émission d'information, cela nous a tous blessés"- Anne-Élisabeth LemoineTout autre chose, pour finir, où en sont vos relations avec la rédaction de France Télévisions depuis l'épisode de Kiev ? On rappelle qu'en mai, l'Élysée avait préféré convier, dans le train menant Emmanuel Macron en Ukraine, Mohamed Bouhafsi, journaliste à "C à vous", plutôt qu'un membre de la rédaction du "20 Heures" de France 2. La Société des journalistes de France Télévisions avait estimé dans un communiqué que "C à vous" ne pouvait être qualifiée d'émission d'information.Il n'y a eu aucune friction. Nous, nous avons fait notre job, c'est-à-dire que l'on a tout proposé (à la rédaction de France Télévisions, ndlr). C'était en totale transparence. Nous nous sommes battus pour être dans le train. Après, dire que "C à vous" n'est pas une émission d'information, cela nous a tous blessés. Je ne pense pas que les journalistes de France Télévisions, dans leur ensemble, pensent que "C à vous" n'est pas une émission d'information. Je pense même qu'ils pensent le contraire. Mohamed Bouhafsi est salarié de France Télévisions. Émilie Tran Nguyen présente un JT tous les jours sur France 3, Patrick Cohen est sur Radio France. Je ne suis pas sûre que les mots choisis par la Société des journalistes soient révélateurs. C'est peut-être un coup de sang...

Davantage destiné à l'Élysée ?Je pense. Ils en voulaient à l'Élysée. Nous avons pris une balle perdue là-dedans, je pense que nous n'étions pas visés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.