Anne-Claire Coudray revient sur la polémique autour de l'interview de Stromae

Anne-Claire Coudray revient sur la polémique autour de l'interview de Stromae
Anne-Claire Coudray lors du photocall de TF1 au Palais de Tokyo, le 9 septembre 2019.

Le 9 janvier 2022, Stromae créait la surprise en interprétant son nouveau titre sur le plateau du 20h de TF1. Si cette interview a suscité l'admiration de nombreux téléspectateurs, elle a notamment été la cible de vives critiques qui n'ont pas manqué de surprendre Anne-Claire Coudray. Interrogée par Ciné Télé Revue jeudi 20 janvier 2022, la présentatrice s'est dite "choquée" par de telles réactions.

En menant cette interview événement, Anne-Claire Coudray ne s'attendait pas à recueillir autant de réactions. Pourtant, l'interprétation émouvante de Stromae n'a laissé personne indifférent. Mais au-delà des nombreux retours positifs, certaines personnes ont également affirmé qu'un tel happening n'avait pas sa place dans un JT consacré aux informations. Une critique insensée selon la présentatrice : "J'ai été choquée que certains puissent mettre en doute la sincérité de Stromae ! Pour parler de sujets aussi personnels devant sept millions de téléspectateurs, il faut du courage. Je pense que s'il a choisi le journal télévisé, c'est pour sa sobriété et sa solennité", a-t-elle assuré dans les colonnes de Ciné Télé Revue.

"Je ne vois pas où est le débat"

Très touchée par la performance du chanteur belge, Anne-Claire Coudray s'est empressée de le défendre. "Sincèrement, je ne vois pas où est le débat. Il suffit de voir la réaction de l'OMS, qui a remercié Stromae d'avoir abordé le sujet difficile du suicide. Notre mission, c'est d'apporter quelque chose aux téléspectateurs, et ça a été le cas !", a-t-elle lancé avec conviction.

Mais ce n'est pas tout... Beaucoup ont également pointé du doigt l'enregistrement préalable et le manque de spontanéité de l'interview. Une aberration pour la présentatrice qui a tenu à mettre les points sur les "i". "Il n'a pas eu les autres questions au préalable. D'ailleurs, il ne les voulait pas. Il a joué le jeu de l'interview comme peu le font. C'était une conversation, qui a préparé à la sincérité du passage chant. La question sur son mal être est la seule que je lui ai soumise à l'avance, car il fallait qu'elle corresponde totalement aux premiers mots de sa chanson", a-t-elle assuré pour conclure. Voilà qui est dit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.