Alain Chabat : "TF1 m'a dit que l'audience du 'Late' n'était pas un sujet"

Alain Chabat : "TF1 m'a dit que l'audience du 'Late' n'était pas un sujet""Le Late avec Alain Chabat" décoche ses flèches contre CNews et Cyril Hanouna © © ETIENNE JEANNERET / TF1

, publié le 20 novembre 2022

A 22h55, ce lundi 21 novembre 2022, Alain Chabat présentera le premier numéro de son "Late" sur TF1. L'humoriste s'est entretenu avec puremedias.com

Alain Chabat est de retour. Ce lundi 21 novembre 2022, à 22h55 pétantes sur TF1, l'acteur et réalisateur français va réaliser l'un de ses rêves. Pour dix numéros exceptionnels - diffusés du lundi 21 novembre au vendredi 2 décembre -, l'artiste de 63 ans va lancer son propre late show. Inspirée des grands rendez-vous américains, l'émission se veut joyeuse, festive et totalement délirante. Alain Chabat a accepté de se confier à puremedias.com.

Propos recueillis par Benjamin Rabier.

puremédias.com : À quoi doit-on s'attendre à voir dans "Le Late avec Alain Chabat" ?Alain Chabat : Dans la construction générale, on a repris les codes des Late show américains. L'émission commencera par un monologue d'actualité, puis je m'installerai à mon bureau et des invités viendront jouer le jeu en s'installant dans des fauteuils. On a la chance d'avoir près de 300 personnes dans le public avec nous chaque soir. On va essayer de les faire se marrer. Dans ce programme, les artistes vont bosser. Les interviews seront un peu préparées. Donc, les invités seront où ils mettent les pieds. Après, il y aura forcément un peu d'improvisation mais la majorité de l'émission aura été bossée avec les artistes. Le but, c'est de créer un vrai spectacle. Ensuite, c'est sûr qu'on ne travaille pas pareil avec un Edouard Baer, une Monica Bellucci ou un Jean-Pascal Zadi. Chacun à sa manière d'être à l'aise.

Vous avez enregistré les 10 émissions du "Late avec Alain Chabat" en novembre. Comment allez-vous pouvoir parler d'actualité ?On va être dans une actualité générale. On va jouer avec des grands thèmes. Certains sujets seront toujours, heureusement ou malheureusement, d'actualité dans quelques semaines. Dans l'idée, j'avais plus envie de faire un spectacle et un divertissement que de parler d'actualité. J'avais envie de proposer un truc rigolo à regarder.

"Ara Aprikian m'a un peu mis dans la merde"- Alain ChabatComment est née cette émission ? Il y a quelques années, j'ai proposé à Ara Aprikian (le directeur des programmes de TF1, ndlr) de créer un Late show. Je rêvais de faire une émission quotidienne en deuxième partie de soirée qui aurait débuté chaque soir à la même heure. Je savais très bien que ce n'était pas réalisable en France selon mes conditions. Aux États-Unis, les grilles télé sont construites par tranche de 30 minutes ou d'une heure. Là-bas, tous les soirs, ils ont un show à la même heure. C'est ce que j'adore. En France, nos grilles sont différentes. Une deuxième partie de soirée peut commencer à 22h30 comme à 22h50 ou à 23h20. Un jour, j'ai donc dit à Ara Aprikian : "Si un jour, vous changez toutes vos grilles, ce qui est absurde et qui n'arrivera pas, mais si un jour vous avez envie de changer toute votre grille pour moi, j'adorerai faire un 'Late Show' tous les soirs à 23 heures". Un peu avant l'été, Ara Aprikian m'a envoyé un SMS me disant : "J'ai un truc potentiellement amusant à te proposer". J'étais en plein montage d'une série animée sur Astérix pour Netflix et j'étais occupé jour et nuit par ce projet. On a tout de même dîné ensemble. Il m'a parlé de la Coupe du monde de football. Il m'a dit que dans un premier temps, tous les matches étaient diffusés à 20 heures, qu'un mag serait proposé pendant une heure à 22 heures et que pendant quinze jours, il avait une possibilité d'avoir un rendez-vous fixe, chaque soir, à la même heure. Il m'a assuré qu'on commencerait tous les soirs à 22h55. Il m'a proposé de faire 10 shows d'une heure. Il m'a foutu un peu dans la merde car c'était sexy quand même. Chez Netflix, ils ont été super sympa là-dessus. Ils savaient que ça me tenait à coeur. Ils ont réorganisé mon planning. En août, j'ai dit à TF1 : "On y va".

Quel sera l'état d'esprit de cette émission ?On est plus sur une ambiance de spectacle en plateau avec du public que sur du "Burger Quiz". Il y aura des fausses publicités mais l'essentielle de l'émission aura lieu en plateau. On aura un invité musical en live chaque soir. On aura par exemple Orelsan, Angèle, Catherine Ringer, M, Etienne Daho mais aussi des artistes plus underground. Je sais bien que ça ne marche pas à la télé, la musique, mais je suis ravi de proposer ça. L'idée est de d'offrir un spectacle aux téléspectateurs.

TF1 vous a donné carte blanche ?Avec Ara, toujours. Sur "Burger Quiz" déjà, on s'était serré la main. Il n'a jamais bougé de ça.

Il vous a quand même donné un objectif d'audience ?Il m'a dit : "Faut vraiment que ça fasse 14 millions rapport au foot avant". Pour répondre sérieusement à cette question, il m'a dit que l'audience n'était pas un sujet pour TF1. Il m'a dit de m'amuser et de faire l'émission qui me ferait plaisir.

"Je n'ai jamais invité de politiques dans mes émissions"- Alain ChabatCôté programmation, qui va-t-on voir dans "Le Late avec Alain Chabat" ?Beaucoup de monde. Marina Foïs, Edouard Baer, Gilles Lellouche, Lena Situations, Jean Dujardin, Alice Belaïdi, Léa Drucker, Laurent Lafitte, Benoit Magimel, Pio Marmaï, Fred Testot, Charlotte Gainsbourg, Jean-Paul Rouve, Pierre Richard, Sandrine Kiberlain, ou encore Stéfi Celma. On a tourné les 10 émissions en pleine période de vacances scolaires. J'ai prévenu tout le monde à la dernière minute, donc c'était déjà super que tout le monde puisse se libérer. Si je suis très honnête, j'ai un peu niqué les vacances de 2 ou 3 copains.

Peut-on espérer revoir "Les Nuls" ?On est en train de réfléchir à quelques bêtises avec Dominique Farrugia et Chantal Lauby.

Dans la liste des invités, vous ne citez que des artistes. Y aura-t-il des politiques ?Ce ne seraque des personnalités du monde du spectacle. Je ne veux pas de politiques. Depuis toujours, je n'ai jamais invité de politiques à "Burger Quiz". On ne l'a pas fait non plus dans "Les Nuls". Après, il y a plein de guests surprises qui viennent faire une petite bêtise très rapide car, encore une fois, on a imposé notre timing. C'était sportif. Participer à l'émission demandait un petit investissement. Il y a de nombreux échanges de textes avec les artistes. Donc, pour ceux qui n'avait qu'une heure ou deux, on a enregistré quelques petites surprises.

Peut-on imaginer un retour de cette émission un jour ?À part bousculer toute la grille de TF1, je ne vois pas comment ce serait possible. Avec Ara Aprikian, on s'est tout de suite mis d'accord sur 10 numéros. Après les poules, il y aura des prolongations. Nous n'aurions pas pu garder cette récurrence dans la programmation. Pour être honnête, je n'aurais pas signé pour un an. Je n'en suis plus capable. Je l'aurais peut être fait y a 10 ou 15 ans mais, là, je n'ai plus 50 ans. Je signe avec mon sang, là.

"Ça fait longtemps que je ne regarde plus vraiment la télé"- Alain ChabatOn dit beaucoup que TF1 est le nouveau Canal, qu'en pensez-vous ?Je retrouve exactement la même liberté à TF1 qu'à Canal, à l'époque de Lescure, De Greef, Rousselet... Je ne peux parler que de ce que je ressens. Je trouve une liberté totale et des gens extrêmement bienveillants, drôles et clients.

Que regardez-vous aujourd'hui à la télévision ?Ça fait longtemps que je ne la regarde plus vraiment. Pendant 15 ans, je n'avais pas de télé. Je consomme en replay, en streaming, par petits bouts. Je me suis finalement décidé à en acheter une car de temps en temps j'aime bien regarder un film sur un vrai écran plutôt que sur mon téléphone ou mon Mac.

Dans vos autres projets, vous préparez une série animée sur Asterix pour Netflix...C'est super à faire. C'était une manière d'aborder ces personnages que j'adore, sous une forme nouvelle. J'apprends plein de trucs. J'adore l'animation et le dessin. J'étais frustré que ce truc soit vu sur un téléphone ou un Mac. Alors, Netflix m'a dit : "Alain, tu n'es pas obligé de faire un film. Tu le fais sous la forme que tu veux, une série, etc". Ils ont très peu de règles, en fait. Il y a plein de formes différentes. Vu que l'histoire était suffisamment riche, je me suis dit que c'était bien de le faire sous la forme d'une mini-série en 5 épisodes de 30 minutes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.