Opéra, opérette, ballet : quelles différences ?

Opéra, opérette, ballet : quelles différences ?
L'opéra, l'opérette et le ballet sont trois arts différents (ici est illustrée l'Opéra Garnier à Paris).

Opéra, opérette, ballet... Il n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans le langage artistique. Pourtant, ces trois genres théâtraux et musicaux ont bien des distinctions. On vous aide à y voir un peu plus clair.

L'opéra : musique et chant réunis

Lorsque l'on parle opéra, on a tendance à de suite penser chant, jeu et parfois même danse. Mais qu'en est-il vraiment ? C'est presque cela, car l'opéra désigne bel et bien un genre théâtral et musical dans lequel l'action scénique se joint à la musique et au chant. Opéra comique, opéra-ballet, opéra-bouffe... Il existe de nombreux types d'opéras ! Une bonne manière de répondre à toutes les attentes du public et de créer des oeuvres totalement inédites à chaque fois. En général, un opéra se compose toujours des éléments phare suivants : un orchestre symphonique, une mise en scène travaillée, un jeu d'acteurs à couper le souffle et des chanteurs lyriques de talent. Si vous allez voir un opéra, vous y verrez plusieurs parties divisées en numéros musicaux qui comprennent à la fois des moments ensemble et des solos. De nombreux personnages défileront et peuvent correspondre à certains sous-genres : drôles, sérieux, ludiques, semi-sérieux ou farfelus. Au-delà de la qualité de la musique, un bon opéra se reconnaît à l'efficacité de la dramaturgie du livret et de tous les éléments qui caractérisent la pièce.

L'opérette : le dialogue en plus

L'opérette est également un genre théâtral et musical ! Ce qui la différencie sont ses parties dialoguées qui sont prédominantes, avec parfois des scènes de danse possibles. Elle est née en 1856 avec la Rose de Saint-Flour de Jacques Offenbach et devient un genre théâtral célèbre en France dès 1860. L'opérette possède l'art de raconter des histoires comiques et satiriques permettant de dénoncer avec humour les failles de la haute société et ses habitudes de l'époque. Contrairement à l'opéra, beaucoup plus dramatique, elle possède souvent une fin heureuse. Devenue rare aujourd'hui, elle s'apparente davantage aux comédies musicales actuelles.

Le ballet : concentré sur la danse

Le ballet, lui, possède la particularité d'intégrer seulement des chorégraphies au spectacle musical. Les émotions passent uniquement à travers la danse sans aucun autre moyen d'expression. Vous l'aurez donc compris, le ballet est dénué de paroles et de chant. Le mot ballet vient de l'italien balletto, considéré comme le diminutif de ballo qui signifie danse. Né au XVe siècle en Italie, le ballet devient très rapidement une pratique populaire avant de devenir royale. Les danseurs entrent à la cour et divertissent le roi. En France, le ballet apparaît au XVIe siècle avec le Ballet comique de la Reine en 1581. Un genre qui se poursuit avec l'arrivée de Louis XIV, un grand passionné de danse qui fonde l'Académie Royale connue aujourd'hui en tant que Ballet de l'Opéra national de Paris. Le ballet ne cesse d'évoluer sous notamment la maîtrise de cet art de Jean-Baptiste Lully, Molière et Pierre Beauchamp, maître de danse de la cour, qui inventent la comédie-ballet avec "Le Bourgeois gentilhomme". Quant à Pierre Beauchamp, c'est lui qui est à l'origine du système de notation. Le ballet peut se présenter sous différentes formes : en numéros, rythmé par des entrées de danseurs séparées ou bien en continu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.