Mardi gras : quelle est l'origine de cette tradition populaire ?

Chargement en cours
Pour Mardi gras, il est d'usage de se déguiser et de déguster des mets sucrés.
Pour Mardi gras, il est d'usage de se déguiser et de déguster des mets sucrés.
1/2
© Adobe Stock, Drazen

Le 1er mars 2022 marquera les habituelles célébrations de Mardi gras. Une fête populaire dont les origines sont parfois mal connues. Retour sur les différentes fondations de cette tradition.

Chaque année, c'est la même chose : 47 jours avant Pâques survient Mardi gras, un jour de festivités qui se déroule à l'issue de la période des carnavals et pendant lequel enfants et adultes sont encouragés à se déguiser. En France, il est également d'usage d'y déguster de nombreux mets sucrés.

Des premières origines qui remontent à la Rome antique

Pour mieux comprendre les origines de Mardi gras, il faut effectuer un petit voyage dans le temps et remonter à l'époque festive de la Rome antique. En effet, à l'image de la Saint Sylvestre - dont certains rites et traditions proviennent par exemple des Saturnales -, les racines de Mardi gras sont profondément implantées dans les rites païens de l'époque. Ses premières origines datent des calendes de mars, période qui marquait officiellement la fin de la saison hivernale. Durant ces quelques jours, les déguisements y étaient autorisés et les règles liées à l'ordre social de la cité pouvaient y être transgressées.

Une fête marquée par le christianisme

Pour remonter aux origines de Mardi gras, une question essentielle se pose : d'où vient véritablement l'ancrage culinaire de cette tradition qui fait le sel... de son gras ? Pour ce faire, il faut remonter au Moyen Âge, plus précisément au XIe siècle, époque où la tradition commence à s'ancrer dans le répertoire des rites chrétiens pour devenir le point de départ de la période pascale.

En effet, en étant principalement fêté dans les pays d'ascendance catholique ou orthodoxe, il n'est pas surprenant d'apprendre que Mardi gras revêt un caractère religieux. À partir du Moyen Âge, il correspond officiellement à la dernière journée de faste et de réjouissance avant le Carême. Il précède ainsi le mercredi des cendres, une célébration qui débute une période marquée par l'austérité et la prière mais aussi par le jeûne, tout cela pour commémorer les 40 jours passés par Jésus dans le désert. Durant Mardi gras, le peuple était alors encouragé à "faire gras", c'est-à-dire à consommer les aliments riches tels que la viande, le beurre ou le sucre, lesquels étaient ensuite proscrits jusqu'à Pâques. Le faste de Mardi gras servait donc à plusieurs choses. Il s'agissait d'éviter de gâcher ses réserves de nourriture et d'éviter par la suite la tentation de la gourmandise mais aussi, probablement, de faire quelques réserves caloriques avant le Carême.

Mardi gras de nos jours

Si aujourd'hui le lien à la tradition chrétienne de Mardi gras n'est pas toujours clairement identifié par ceux et celles qui le célèbrent, on constate que son caractère irrévérencieux à quant à lui subsisté, notamment via les déguisements et les défilés durant la période des carnavals. Quant à son esprit festif et gourmand, il persiste encore, notamment via la dégustation de crêpes, de beignets ou encore de bugnes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.