Livres : les écrans les ont-ils remplacés ?

Chargement en cours
Le livre reste un objet ancré dans les moeurs.
Le livre reste un objet ancré dans les moeurs.
1/2
© Adobe Stock, Goffkein

Depuis plusieurs années, le numérique ne cesse de prendre de la place dans le quotidien des Français. Entre ordinateurs, smartphones et autres écrans, la plupart sont de plus en plus connectés et divertis, au point de délaisser tout genre de lecture. Alors les livres ont ils été remplacés par les écrans ? Voici quelques éléments de réponse.

Aujourd'hui, les écrans accompagnent les Français partout, autant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. On ne travaille plus sur papier, sauf pour quelques rares métiers, mais essentiellement sur ordinateur ou tablette, cela pour de nombreuses raisons. Un véritable tournant pour la société qui s'est opéré à la fin du XXème siècle et au début du XXIème avec la démocratisation du numérique, désormais accessible quasiment à tous. Pour les adultes comme pour les plus jeunes, les écrans sont devenus au fil du temps une véritable addiction, au point de délaisser toute forme de papier. Cela concerne les journaux, mais aussi le secteur des livres, très touchés par ces nouveaux divertissements. Selon une enquête Elabe commandée par AXA Prévention et publiée le 18 octobre 2019, 61% des personnes interrogées avouaient en effet consulter les écrans (tablette, portable) dès le réveil et 60% indiquaient être "incapables de passer une journée sans téléphone".

Des efforts pour se réinventer

Face à de tels chiffres, mais aussi face au désintérêt grandissant des nouvelles générations pour le papier, le secteur du livre a été forcé de s'adapter ces dernières années. Il s'est donc tourné vers le dématérialisé avec l'espoir d'attirer de nouveaux lecteurs et de conserver les plus fidèles. Problème : le succès escompté n'est pas au rendez-vous, malgré les nombreux avantages qu'il présente (notamment la facilité avec laquelle il est possible de télécharger et de lire un ouvrage sur un smartphone ou une tablette, mais aussi le prix). Selon une étude publiée en juin 2018 par le syndicat national de l'édition, le phénomène de la lecture numérique (livres, applications...) ne représentait que 7,6% du chiffre d'affaires de l'édition française en 2017. Une preuve que ce format peut tout à fait coexister avec la version papier, qui reste appréciée pour son côté pratique (un livre peut s'emporter partout quel que soit le lieu, sans être effrayé d'un quelconque vol ou risquer qu'il soit abîmé.)

Un format qui résiste et reste apprécié

Si les inquiétudes concernant la disparition des livres sont compréhensibles puisque toute lecture, y compris par exemple les journaux, peut se faire sur papier et que les écrans ont une place prépondérante dans la société d'aujourd'hui, le format du livre tel qu'on le connait depuis longtemps résiste. En effet, il ne semble pas prêt à laisser sa place sur le marché. Il s'agit en effet d'un objet ancré dans la culture, qui s'offre le plus souvent sous forme de papier et non sous forme numérique. De même, il s'agit d'un objet à la forte connotation émotionnelle : il est source de partage, de souvenirs... Et agrémente même les bibliothèques. Si les livres font face à une redoutable concurrence aujourd'hui, ils n'ont pas été encore totalement remplacés par les écrans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.