5 anecdotes autour du Beaujolais nouveau

Chargement en cours
Chaque année, le Beaujolais nouveau est mis en vente à partir du troisième jeudi de novembre.
Chaque année, le Beaujolais nouveau est mis en vente à partir du troisième jeudi de novembre.
1/2
© Adobe Stock, loreanto

Ça y est : le Beaujolais nouveau est sur le point d'arriver. Comme à son habitude, le fameux cru issu du cépage de Gamay ravit les amateurs de bon vin chaque année. Mais êtes-vous vraiment incollable sur l'incontournable du mois de novembre ? Voici 5 anecdotes pour apprendre à mieux le connaître.

Il est né suite à un petit tour de passe-passe administratif

Né dans le Beaujolais, au nord de Lyon, ce fameux nectare doit sa naissance à une sorte de petit tour de passe- passe administratif. En effet, en 1951, un arrêté publié dans Le Journal officiel décrète que les vins d'appellation d'origine contrôlée ne pourront être vendus qu'à partir du 15 décembre. Cependant, suite aux protestations des vignerons, l'arrêté fut légèrement modifié au cours du mois de novembre 1951 pour permettre à certains vins d'être commercialisés avant la mi décembre, sous certaines conditions. C'est ainsi que fut créé le Beaujolais nouveau - ou Beaujolais primeur -, un vin mis en vente presque juste après la récolte avec une appellation qui permettait de le distinguer du Beaujolais classique et du Beaujolais supérieur.

Sa date de sortie n'a pas toujours été la même

Il faut d'ailleurs savoir que pendant de nombreuses années, la date d'autorisation de mise en vente du Beaujolais nouveau n'a pas toujours été la même. En 1985, on décide d'abord de la fixer au 15 novembre. Problème : celle-ci tombait souvent pendant le week-end et a ensuite été jugée trop près du 11 novembre pour pouvoir réellement se distinguer. Ce n'est qu'en 1985 que l'on décide de la fixer au troisième jeudi de novembre, date qui marque encore l'arrivée officielle du Beaujolais nouveau aujourd'hui.

Sa notoriété n'était pas gagné d'avance

Aujourd'hui, le Beaujolais nouveau participe à la réputation de la France entière en matière de vin, au même titre que le champagne ou les vins de Bordeaux. Et pourtant, la nature primeur du Beaujolais nouveau le destinait au départ davantage à devenir un vin de petit comptoir plutôt qu'un véritable phénomène de société. C'était toutefois sans compter sur celui que l'on a parfois surnommé "le roi du Beaujolais", George Duboeuf. Dans les années 1960, ce négociant en vin achète les meilleures cuvées qu'il commercialise ensuite sous sa marque "Les vins George Duboeuf". Inventeur du fameux slogan "Le Beaujolais nouveau est arrivé", la qualité de sa marchandise séduit d'abord Paris puis progressivement le monde entier.

Aujourd'hui, ce sont près de 30 millions de bouteilles qui sont vendues dans le monde entier, dont 50 pour cent en France et 50 pour cent à l'étranger. En effet, comme Alizée et Mylène Farmer, le Beaujolais nouveau fait partie de ces stars françaises qui s'exportent notamment extrêmement bien au Japon. Une belle revanche pour celui qui n'aurait pu être qu'une vulgaire piquette.

Rien ne sert de le garder longtemps

On dit souvent qu'un vin gagne en qualité quand il prend de l'âge. Ainsi, conserver un vin pendant plusieurs mois voire plusieurs années permet souvent de rendre ses arômes plus mâtures. Or, dans le cas du Beaujolais nouveau, il ne servirait pas à grand-chose de le garder trop longtemps dans votre cave. La raison ? Le Beaujolais nouveau n'est pas ce qu'on appelle un vin "de garde", ces crus faits pour se bonifier en vieillissant. Au contraire, il perd avec le temps les spécificités de son arôme qui font de lui un vin primeur. Mieux vaut le consommer assez rapidement, le délai maximum raisonnable étant de six mois après sa mise en bouteille.

Ce n'est pas nécessairement un vin rouge

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le Beaujolais nouveau n'est pas obligatoirement un vin rouge. En effet, depuis 2007, il existe également une déclinaison rosée du célèbre nectar. Plus confidentielle que son homologue, la version rosée se conserve aussi différemment. En effet, si le vin rouge peut être stocké à température ambiante, le vin rosé apprécie quant à lui un peu de fraîcheur. Ainsi, il est conseillé de le garder dans un endroit frais, avec une température avoisinant les 13 ou 14 degrés.

*Attention, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.