Mont d'Or : tout savoir sur cette délicieuse boîte chaude

Chargement en cours
Cet hiver, le mont d'Or fera fondre les amatrices de fromage.
Cet hiver, le mont d'Or fera fondre les amatrices de fromage.
1/2
© Adobe Stock, M.studio
A lire aussi

Fabien Gallet

Le mois de décembre arrivant à grands pas, l'hiver et les températures négatives avec lui, la saison des plats montagnards est ouverte. Si raclettes, tartiflettes et fondues sont souvent les stars des tables, un plat a de plus en plus la cote : le mont d'Or.

Amatrice de fromage ? Avez-vous déjà goûté au mont d'Or, cette spécialité montagnarde présentée dans sa boîte d'épicéa, à déguster chaude (ou froide, c'est selon) ? Ce qui est certain c'est que ce délicieux plat qui cartonne saura vous faire fondre.

Un fromage saisonnier venu du Doubs

Seulement 10 producteurs se partagent la production de ce fromage appelé "mont d'Or", en référence au sommet du massif du Jura du même nom (1 463 mètres), ou parfois "vacherin du Haut-Doubs". Un produit d'appellation d'origine protégée (AOP) dont la vente se tient à une période bien précise (du 10 septembre au 10 mai) et dont la production (du 15 août au 15 mars) ne laisse rien au hasard. "Dans notre charte, tous nos éleveurs doivent être situés à une altitude supérieure à 700 mètres", expliquait ainsi Eric Fevrier, président du syndicat du mont d'Or, à L'Est Républicain en août 2018. Et de préciser : "En altitude, l'hiver il y a de la neige et les stocks de lait sont réduits. À l'époque, les éleveurs locaux ne pouvaient pas descendre leur lait de la montagne pour faire du comté. Il le laissait donc cru, dans une petite boîte en épicéa sur leur rebord de fenêtre. Et ça a donné naissance au mont d'Or."

Confectionné avec du lait cru, il n'est pas vendu comme un fromage traditionnel. Il est en effet "cerclé dans une boîte d'épicéa après le démoulage du caillé, affiné sur des planches d'épicéa (une vingtaine de jours, ndlr) et mis en boîte dans un écrin d'épicéa", comme le précise le site officiel du mont d'Or (www.mont-dor.com).

Un plat chaud, chaleureux et convivial

S'il est évidemment possible de le déguster froid, c'est bel et bien chaud qu'il se savoure le plus souvent, surtout lorsque le froid pointe le bout de son nez. Une méthode dite de la "boîte chaude" qui s'est développée dans les années 1990 et "qui consiste à arroser le mont d'Or de vin blanc du Jura avant de le passer au four et de le servir chaud", comme l'explique le Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière (Cniel) sur son site. Côté recette, rien de bien compliqué donc : il suffit de placer le mont d'Or, dans sa boîte, au four à 180°C - arrosé ou non de vin blanc sec - et de le laisser cuire une trentaine de minutes. Certains n'hésitent pas à y faire un petit trou pour y glisser un peu d'ail. Une fois chaud, le fromage a fondu sous sa croûte devenue dorée. Vient alors le moment de la dégustation.

Outre les saveurs, ce qui peut plaire dans le mont d'Or, c'est son côté convivial. Tout comme la raclette ou la fondue, la boîte (500 grammes) est facilement partageable à deux ou trois personnes. Dans ces cas-là, rien de tel que d'y plonger un morceau de pain ou de pomme de terre plutôt que de verser directement le fromage dans l'assiette.

Du fromage mais pas seulement !

Mais alors, comment déguster le mont d'Or ? Les méthodes sont libres et diverses. La plus simple ? Nature à la cuillère. Mais généralement, c'est avec du pain qu'il se mange (de préférence du pain de campagne) et/ou avec des pommes de terre en robe des champs. Peuvent très bien s'y ajouter un peu de salade verte pour plus de légèreté mais aussi de la charcuterie locale (jambon, viande des Grisons, saucisse de Morteau....) pour les plus gourmandes.

Côté boisson, le site du Cniel conseille d'opter pour un champagne brut. Ceci dit, un vin blanc sec sera également le bienvenu. Avec modération, cela va de soi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.