Blanches, jaunes, plates : zoom sur les différentes variétés de pêches

Chargement en cours
La pêche, la star de l'été !
La pêche, la star de l'été !
1/2
© Adobe Stock, Gresei

De juin à septembre, les pêches et les nectarines sont les stars des marchés. Sucrées ou salées, elles se dégustent avec plaisir lors de la saison estivale. Plus de 300 variétés de l'espèce Prunus persica, latin du pêcher, existent. Zoom sur les différentes variétés de pêches.

La pêche tire ses origines en Asie. Le cinquième fruit le plus consommé de France entre 2015 et 2017, selon le Kantar Worldpanel, est présent dans les étals de l'Hexagone depuis le XVe siècle. Rempli de vitamines et d'antioxydants, il est idéal l'été de part son côté désaltérant. Pêches, brugnons ou nectarines : quelles différences ?

La pêche blanche

De nombreuses variétés de pêche blanche existent, comme "l'Alberge, cultivée dans le Languedoc, ou la Bénédicte, au goût particulièrement prononcé, ou encore La Madeleine Blanche déjà présente dans le potager de Louis XIV", indique le site du maître confiturier La Cour D'Orgères. Délicate, les pêches à chair blanche sont plus fragiles que les autres, il est donc important de les manipuler avec soin. Plus juteuse et fondante, moins ferme que la pêche jaune, elle est délicieuse mais supporte difficilement la cuisson. "Vous pouvez au mieux la blanchir ou la rôtir très rapidement", précise l'Académie du goût. Aussi, elle s'associe avec douceur aux recettes sucrées-salées, et se poche délicieusement en version sucrée. À consommer rapidement.

La pêche jaune

Contrairement à la pêche blanche, celles à la chair jaune sont plus grosses et plus fermes, ce qui permet une meilleure conservation. Au goût moins subtil, chacune des nombreuses variétés comporte une particularité. Si elle est plus riche en antioxydantes que la pêche blanche, elle apporte moins de vitamines. Mais contrairement à sa cousine, elle est parfaitement adaptée à la cuisson. Côté conservation, elle se déguste rapidement une fois mature. Pour atteindre sa maturité, deux ou trois jours à température ambiante suffisent. Pour les conserver au congélateur "il est recommandé de les dénoyauter (garder les noyaux rendrait le fruit amer), avant de les découper en quartiers et de les arroser de jus de citron", précise l'Académie du goût.

La pêche plate

En France la pêche plate est la star des variétés. Cultivée dans les terres françaises depuis une vingtaine d'année après vingt-cinq ans de recherches à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique), la pêche plate est un fruit à chair jaune ou rose au noyau peu adhérent, et moins juteuse que les autres, mais ainsi idéale à manger à lors d'un pique-nique. Elle se déguste entre août et octobre.

La pêche de vigne

La pêche de vigne prend place dans les foyers en septembre et en octobre. Principalement cultivée sur les coteaux du Lyonnais et la vallée du Rhône, "elle se teinte de beige rosé ou de gris, voire de violet" et sa "chair, de couleur jaune ou violacée, est douce et très fondante", explique le site lesfruitsetlegumesfrais.com. "Autrefois plantée à chaque extrémité de rang dans les vignobles. Elles prévenaient les vignerons d'une éventuelle maladie, qui s'attaque généralement au pêcher avant de contaminer les ceps", explique le site du maître confiturier La Cour D'Orgères.

Les nectarines et les brugnons

Les nectarines et les brugnons sont deux variétés de pêches qui représentent 40% de la production des pêchers français. C'est aux noyaux qu'on les différencie l'une de l'autre, celui du brugnon adhère tandis que celui de la nectarine se détache facilement. Fermes et savoureuses, elles sont sucrées et se distinguent par leur peau lisse et brillante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.