Zoom sur les maladies qui peuvent créer des problèmes de tension

Chargement en cours
La tension est souvent mesurée par les médecins car c'est un indicateur important de la santé cardiovasculaire.
La tension est souvent mesurée par les médecins car c'est un indicateur important de la santé cardiovasculaire.
1/2
© Adobe Stock, 6okean
A lire aussi

La tension artérielle correspond à la pression exercée par l'éjection du sang par le coeur dans les vaisseaux sanguins. On parle de problèmes de tension quand celle-ci est anormalement élevée (hypertension artérielle) ou trop basse (hypotension). Certaines maladies peuvent être à l'origine d'une tension trop haute ou trop basse.

La pression ou tension artérielle s'exprime par deux chiffres. Le premier correspond à la pression systolique, c'est-à-dire la pression du sang dans les artères quand le coeur se contracte. Le deuxième chiffre correspond à la pression diastolique qui représente la pression du sang dans les artères quand le coeur se relâche. Selon la Fédération Française de Cardiologie, une tension artérielle normale est de 120/80. On parle d'hypertension artérielle quand la tension est supérieure à 140/90. On parle d'hypotension quand la tension artérielle est inférieure à 90/60. À savoir que l'unité de mesure de la pression artérielle est le mm de mercure.

La tension est un indicateur important de la santé cardiovasculaire. C'est pourquoi elle est souvent mesurée par les professionnels de santé.

L'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle se caractérise par une pression artérielle trop élevée. En France, il s'agit de la maladie chronique la plus fréquente. L'âge est un facteur de risque puisque plus de 65% des personnes hypertendues ont plus de 65 ans. L'hypertension est souvent asymptomatique, mais certains signes peuvent être évocateurs comme des palpitations cardiaques, des vertiges, des maux de tête permanents, ou encore des saignements de nez. Cette maladie doit être traitée car elle augmente le risque de complications graves cardiovasculaires (infarctus du myocarde) ou cérébro-vasculaires (accident vasculaire cérébral). Elle peut aussi avoir des conséquences néfastes sur certains organes comme les reins (insuffisance rénale chronique).

Le traitement antihypertenseur repose sur des mesures hygiéno-diététiques et/ou sur la prise de médicaments aux propriétés antihypertensives. Les facteurs de risque de l'hypertension artérielle sont nombreux. Parmi eux, on retrouve certaines maladies.

L'hypercholestérolémie

Le cholestérol est une graisse fabriquée par le foie. On le retrouve également dans de nombreux aliments riches en graisses, notamment ceux d'origine animale. Il existe deux types de cholestérol : le mauvais (LDL) et le bon (HDL). Quand le cholestérol LDL est présent en excès, il peut entraîner la formation de plaques de graisses dans les artères, pouvant partiellement les boucher. C'est ce qu'on appelle l'athérosclérose, une maladie qui perturbe la circulation sanguine. Pour compenser la mauvaise circulation du sang, l'organisme réagit en augmentant la pression artérielle, ce qui accroît le risque d'hypertension.

L'obésité

L'excès de poids, en particulier l'obésité abdominale, favorise l'hypertension. La prévalence de l'hypertension est d'ailleurs plus importante chez les personnes obèses que chez les personnes non obèses. Chez les personnes en surpoids (affichant un IMC supérieur à 25), la prévalence de l'hypertension artérielle est de 60% environ. Chez les personnes obèses (IMC supérieur à 30), la prévalence de l'hypertension passe à 70%.

Mais comment expliquer ce lien entre surcharge pondérale et hypertension ? Le surpoids et l'obésité favoriseraient la sécrétion excessive d'insuline et/ou la résistance à l'insuline qui, à son tour, stimulerait le système nerveux sympathique et augmenterait la tension artérielle.

Le diabète

Le diabète et l'hypertension artérielle vont souvent de pair. Elles ont tout d'abord des causes communes telles que le surpoids, l'obésité et la sédentarité. Plus de 8 diabétiques de type 2 sur 10 souffrent d'hypertension. Et inversement, le diabète de type 2 survient plus fréquemment chez les hypertendus. L'hypertension apparaît souvent avant que le diabète ne se manifeste. Mais on sait aussi que le diabète favorise la rigidification des artères, pouvant occasionner une augmentation de la pression artérielle.

Le diabète, et plus précisément une de ces complications qui est la neuropathie diabétique (pathologie qui atteint les nerfs), peut, à l'inverse, entraîner une chute de la tension artérielle. On parle alors d'hypotension orthostatique ou posturale car la baisse de la pression artérielle se traduit par des sensations de vertige au lever.

D'autres maladies affectant le système nerveux peuvent être à l'origine d'une hypotension posturale : la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, le syndrome de Guillain Barré...

L'insuffisance rénale

L'hypertension artérielle est à la fois une cause et une conséquence de l'insuffisance rénale. En abimant les vaisseaux sanguins dans le tout le corps, l'hypertension artérielle diminue l'apport sanguin qui afflue vers les organes importants comme les reins (un apport essentiel à leur bon fonctionnement). Conséquence : cela affecte les capacités de filtration des reins qui ne sont plus capables d'éliminer les déchets et l'excès de liquide dans le sang. Si l'hypertension n'est pas traitée, elle peut scléroser progressivement les vaisseaux des reins et conduire à une insuffisance rénale chronique.

Inversement, l'insuffisance rénale favorise l'hypertension artérielle car, en cas d'affection rénale, le sel n'est pas bien filtré et reste en trop grande quantité dans l'organisme. À cela s'ajoute un rétrécissement du diamètre des vaisseaux sanguins. Ces deux facteurs augmentent la pression artérielle.

Sources : Inserm / Revue Médicale Suisse / Fédération Française des Diabétiques / Fédération Française de Cardiologie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.