Vin : pourquoi est-il aussi dangereux que les autres alcools ?

Chargement en cours
Les Français sont les 3e plus gros consommateurs de vin dans le monde.
Les Français sont les 3e plus gros consommateurs de vin dans le monde.
1/2
© iStock, SanneBerg

Aurélie Ngambi

Malgré les croyances populaires, le vin n'est pas moins dangereux que les autres alcools. Voici tout ce que vous devez savoir sur le sujet.

Le 16 janvier 2019, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a soulevé une vague d'indignation après des propos polémiques sur le vin, tenus sur le plateau de BFMTV face à Jean-Jacques Bourdin. En réponse à la question : "Est-ce que le vin est un alcool comme les autres ?", l'homme politique a en effet minimisé l'effet négatif du vin sur la santé par rapport aux autres types d'alcools.

"Je ne crois pas que le vin soit un alcool comme les autres", a-t-il déclaré avant de poursuivre : "Mais je n'ai jamais vu, à ma connaissance, malheureusement peut-être, un jeune qui sort de boîte de nuit et qui est saoul parce qu'il a bu du Côtes-du-Rhône (...). Ils boivent des mélanges, ils boivent des mixs, ils boivent de l'alcool fort..." Une déclaration qui ne passe pas auprès des médecins spécialistes des addictions.

Un traitement de faveur pour des raisons culturelles

D'un point de vue extérieur au corps médical, les propos de Didier Guillaume n'ont rien de surprenant... En France, le vin est considéré comme une fierté et une passion nationales, en faisant partie intégrante du patrimoine culturel. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les Français sont les 3e plus gros consommateurs de vin dans le monde, juste derrière les Italiens (1er) et les Luxembourgeois (2e).

Un amour du vin soutenu par une industrie vitivinicole riche et puissante, avec des lobbys qui interviennent dans de nombreux domaines pour maintenir et booster son développement économique. Et pourtant, il a été prouvé que le vin reste nocif pour la santé.

Un alcool comme les autres

Même si le vin bénéficie de quelques propriétés antioxydantes - grâce aux tanins et au resvératrol présents dans sa formule -, cette boisson contient de l'alcool au même titre que la bière ou les spiritueux. En termes de santé publique, c'est donc "exactement la même chose de boire du vin ou du whisky", comme l'a précisé la ministre de la Santé et médecin de métier, Agnès Buzyn, en février 2018.

De nombreuses et récentes études scientifiques confirment cette thèse, selon laquelle le vin est tout aussi dangereux pour la santé que les autres alcools. Par exemple, une analyse, publiée en août 2018 par la revue scientifique médicale britannique The Lancet et portant sur 700 études, a démontré que pour être en bonne santé, il ne fallait pas boire du tout.

À consommer avec modération

En résumé, comme le vin contient des molécules d'alcool, il présente les mêmes dangers que les autres boissons alcoolisées. Il expose ainsi les consommateurs à des risques - à court, moyen ou long terme - concernant leur santé (maladies cardiovasculaires, addiction, cirrhose, dépendance, perte de mémoire, d'attention...). Il faut donc absolument le consommer avec modération. Et moins on en boit, mieux c'est !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.