Sclérose en plaques : tout savoir sur cette grave maladie auto-immune

Chargement en cours
Les personnes souffrant de sclérose en plaques peuvent présenter des troubles moteurs provoqués par une faiblesse musculaire.
Les personnes souffrant de sclérose en plaques peuvent présenter des troubles moteurs provoqués par une faiblesse musculaire.
1/2
© Adobe Stock, DC Studio

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central. Le système immunitaire des patients qui en souffrent s'attaque à la myéline, la gaine protectrice des fibres nerveuses. Symptômes, causes et traitements. Tout ce qu'il faut savoir sur la SEP.

La SEP est une maladie neurodégénérative qui touche 110 000 personnes en France, selon l'Inserm. Plus de la moitié des malades sont des femmes et le diagnostic est le plus souvent posé entre 25 et 35 ans.

Quand le système immunitaire s'attaque au système nerveux

Chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, le système immunitaire, dont le rôle est de protéger l'organisme contre les agressions extérieures, se retourne contre elles et les attaque. Il s'attaque plus précisément à la myéline, une gaine qui protège les fibres nerveuses, des cellules qui transmettent l'influx nerveux du cerveau aux différentes parties du corps. Les causes de cette maladie auto-immune sont encore mal connues. Des facteurs génétiques, environnementaux et infectieux seraient impliqués.

Quels sont les symptômes de la sclérose en plaques ?

Les symptômes de la SEP ne sont pas les mêmes chez tous les patients. Ils dépendent de la zone du cerveau ou de la moelle épinière touchée par les lésions de la myéline. Les malades peuvent souffrir de :

• Troubles moteurs provoqués par une faiblesse musculaire.

• Troubles de l'équilibre ou de la coordination.• Troubles cognitifs (difficultés d'attention, de concentration, de mémoire...).• Symptômes visuels.• Troubles urinaires et sexuels.

La maladie évolue le plus souvent sous forme de poussées (apparition des symptômes de façon soudaine suivie d'une phase de rémission). C'est la forme rémittente. Une minorité des patients (15% des cas) souffre de la forme progressive d'emblée, qui se caractérise par une aggravation lente et continue des symptômes neurologiques, sans poussées et sans rémission.

Quels sont les traitements de la SEP ?

Il n'existe pas de traitement qui permet de guérir la sclérose en plaques. Les traitements de fond ont pour but de prévenir les poussées dans les formes rémittentes. Les corticoïdes sont quant à eux prescrits lors des poussées, pour réduire les symptômes.

Dans le traitement de la SEP, il faut distinguer les traitements de première ligne que sont les immunomodulateurs (l'interféron β et l'acétate de glatiramère par exemple) et les traitements de seconde ligne que sont les immunosuppresseurs (le fingolimod, l'ocrelizumab et le natalizumab).

En plus des traitements médicamenteux, la rééducation par un kinésithérapeute peut être nécessaire chez certains patients. D'autres spécialistes peuvent intervenir dans la prise en charge des malades (ergothérapeute, orthophoniste, sexologue...).

Quelles sont les causes de la SEP ?

La cause exacte de la sclérose en plaques n'est pas connue à ce jour. Plusieurs facteurs pourraient augmenter le risque de développer la maladie :

• Certains gènes impliqués dans l'immunité pourraient constituer un facteur de risque.

• Des facteurs environnementaux tels qu'une faible exposition au soleil entraînant une baisse de la fabrication de la vitamine D par l'organisme, le tabagisme, la pollution, un infection à certains virus, l'exposition à certains polluants et produits chimiques. De nombreuses recherches sont en cours pour mieux comprendre l'origine de la maladie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.