Quels dons peut-on faire pour sauver des vies ?

Chargement en cours
Le don du sang peut sauver des vies.
Le don du sang peut sauver des vies.
1/2
© Adobe Stock, ctvvelve
A lire aussi

Don de sang, de plasma, de plaquettes, de moelle osseuse, d'organes... Tous ces dons permettent de sauver de nombreux patients malades ou accidentés. À quoi servent-ils exactement ? Qui peut donner ? Comment se déroule un don ? Réponses.

En France, les dons qui contribuent à sauver des vies sont très encadrés. Le don est :

• Anonyme. Le donneur ne connaît pas l'identité du receveur et vice-versa.

• Bénévole. Le donneur n'est pas rémunéré pour son acte.

• Volontaire. Le don ne peut être réalisé sous la contrainte.

• Sécurisé. Les dons se font dans des établissements de santé habilités et doivent être faits en respectant un protocole bien défini. Le but étant de ne pas mettre en danger la santé du donneur et de ne pas aggraver l'état de santé du receveur.

Pour pouvoir faire un don de vie, il faut être majeur et en bonne santé.

Le don de sang

"Aujourd'hui, il n'existe pas de produit capable de se substituer au sang humain. Le don de sang est donc indispensable", rappelle l'Établissement français du sang (EFS) dans son Guide des dons. Le don de sang consiste à prélever en même temps tous les composants du sang que sont les globules rouges (ils fixent l'oxygène dans les tissus), le plasma (partie liquide du sang essentielle à la coagulation, l'irrigation des tissus et aux défenses immunitaires) et les plaquettes (éléments du sang qui interviennent dans la coagulation et la cicatrisation des tissus). Ces trois composants sont ensuite séparés car on ne transfuse jamais l'ensemble des composants à un receveur, mais seulement le composant dont il a besoin. Même s'il arrive parfois qu'un patient ait besoin de recevoir les trois composants. Si tel est le cas, il ne recevra pas tout du même donneur.

Le don de sang permet de soigner plus d'un million de malades chaque année en France. Les dons de sang servent à trois choses :

• Aux situations d'urgence (hémorragies lors d'un accouchement, d'un accident ou d'une intervention chirurgicale).

• À soigner les personnes atteintes de maladies chroniques (maladies du sang et cancers).

• À fabriquer des médicaments (facteurs de coagulation, immunoglobulines).

On estime que 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour.

Le don de sang est la forme de don la plus courante mais on peut aussi donner seulement un composant de son sang parmi les globules rouges, les plaquettes ou le plasma. C'est ce qu'on appelle le don en aphérèse.

Comment se déroule un don de sang ?

Les dons de sang sont gérés par l'EFS et se font dans 127 sites fixes en France et 40 000 collectes mobiles. Le don de sang se déroule en 4 étapes : après avoir rempli un questionnaire, le donneur passe un entretien confidentiel et un examen avec un personnel de l'EFS pour savoir s'il est apte à donner. Le prélèvement est ensuite réalisé par une infirmière spécialisée, il dure une dizaine de minutes. Le donneur a ensuite droit à une collation et à un temps de repos sous la surveillance d'une équipe médicale.

La quantité de sang prélevé au cours d'un don se situe entre 420 et 480 ml. Le volume dépend du sexe et du poids du donneur. À savoir que la quantité prélevée est toujours inférieure à 10% du volume sanguin total.

Le don de moelle osseuse

La moelle osseuse renferme les cellules qui fabriquent les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes). Elle se trouve dans les os longs et les os plats. Les dons de moelle osseuse servent principalement à soigner les maladies du sang. "80% des greffes de moelle osseuse sont réalisées pour traiter certaines formes de cancers comme les leucémies, les lymphomes ou les myélomes", rapporte l'EFS. Les 20% restants servent à soigner les patients souffrant d'autres maladies du sang (drépanocytose, thalassémie), d'anémie aplasique ou de troubles héréditaires du système immunitaire et du métabolisme.

Pour effectuer un don de moelle osseuse, le donneur doit être inscrit sur le registre France greffe de moelle, sous trois conditions :

• Être en parfaite santé et avoir entre 18 et 50 ans lors de l'inscription (même s'il est possible de donner jusqu'à 60 ans).

• Passer un entretien médical pour vérifier ses antécédents médicaux et son mode de vie.

• Rester joignable en cas de compatibilité avec un receveur.

Le prélèvement se fait de deux façons : soit directement dans la moelle osseuse sous anesthésie générale, par ponction dans les os postérieurs du bassin ; soit par prélèvement sanguin en aphérèse (le prélèvement dure entre 3 et 4 heures).

Le don d'organes

Le coeur, les reins, les poumons, le foie, le pancréas, les intestins, les cornées, les veines et artères, les tendons, les os et les ligaments sont des organes qui peuvent être prélevés sur une personne pour être greffés sur une autre (ou plusieurs autres si plusieurs organes ont été prélevés sur une même personne décédée). Le don d'organe peut se faire de son vivant ou post-mortem.

Contrairement aux dons du sang et de moelle osseuse basés sur le volontariat, le don d'organes repose sur le consentement présumé. "Toute personne peut devenir donneur d'organes à moins qu'elle n'ait exprimé son refus de son vivant", stipule le ministère de la Santé sur son site. Une personne qui refuse de donner ses organes après sa mort doit faire inscrire son refus sur le Registre national des refus géré par l'Agence de la biomédecine.

Les organes que l'on peut donner de son vivant sont le rein et une partie du foie (le don est volontaire).

Les greffes d'organes permettent de sauver la vie de personnes dont un ou plusieurs organes sont défaillants.

Sources : Établissement français du sang (EFS) / https://www.dondemoelleosseuse.fr / Ministère des Solidarités et de la Santé

Vos réactions doivent respecter nos CGU.