Quelles sont les différentes façons de traiter la narcolepsie ?

Quelles sont les différentes façons de traiter la narcolepsie ?
Un suivi psychologique de la personne atteinte de narcolespie peut aider.

Maladie encore mal connue, la narcolepsie s'avère très handicapante et difficile à vivre au quotidien pour les personnes qui sont touchées. S'il n'est pas possible d'en guérir, il est en revanche possible de la traiter. Quels sont les différents moyens mis à disposition ? Voici quelques indications.

Définie comme un trouble chronique du sommeil encore mal connue et mal comprise, la narcolepsie est une maladie rare mais sévère qui touche environ 1 personne sur 2000 dans le monde (selon le rapport de MJ Thorpy publié en 2005 "Oxybate for the treatment of narcolepsy"). Parfois confondue avec la dépression ou même l'épilepsie, la narcolepsie se caractérise par des accès soudains de sommeil, quel que soit le lieu, l'heure ou l'activité. Un trouble très perturbant pour les personnes qui en sont atteintes, car cela peut parfois mener à des situations dangereuses (au volant d'une voiture, par exemple, ou lorsque l'on marche).

D'autres symptômes, plus ou moins importants, peuvent parfois se rajouter à ce besoin de dormir instantanément. On note dans certains cas l'apparition de cataplexie (lorsque tout tonus musculaire disparaît, souvent au moment où le corps s'apprête à faire une crise de somnambulisme), mais aussi celle de fragmentation du sommeil nocturne (lorsque la personne se réveille plusieurs fois par nuit et n'arrive quasiment jamais à atteindre une phase de sommeil profonde et réparatrice). Des hallucinations peuvent aussi survenir (terrifiantes, très réalistes et survenant lorsque la personne s'endort), tout comme ce que l'on appelle la paralysie du sommeil (impossibilité à bouger dans un état de pleine conscience, lorsque la personne s'endort ou se réveille, comme paralysée).

Lorsque de tels symptômes sont détectés, il est important de prendre rendez-vous au plus vite avec son médecin. Il saura ainsi vous conseiller le traitement adéquat (car même si l'on ne guérit pas de la narcolepsie, il est possible de la traiter) et de vous en dire plus sur sa cause. Le plus souvent, cela provient du cerveau, chez qui les différentes étapes du sommeil ne se font pas dans le bon ordre.

L'hygiène de vie : une première étape dans le traitement

Lorsque le trouble de la narcolepsie est diagnostiqué, plusieurs traitements sont conseillés à la personne touchée, en fonction de la gravité et de la récurrence des symptômes. Il y a les traitements médicamenteux qui permettent de réduire ces phases brutales de sommeil, mais il y aussi l'hygiène de vie qui, si elle est bien respectée, peut aider à soulager les crises. Cela commence par la programmation de micro-siestes de quinze à vingt minutes, pour mieux contrôler la somnolence, afin qu'elle ne survienne plus à tout moment de la journée. De même, une meilleure alimentation, plus saine, peut aider à raréfier les crises et à éviter le surpoids qui peut parfois s'installer en début de maladie. Il peut alors être conseillé de limiter la consommation d'aliments riches en gluten, de produits laitiers (surtout en provenance de vaches), pour manger beaucoup plus de fruits et légumes.

La psychologie : un suivi parfois utile

Puisqu'elle affecte fortement la personne touchée sur le plan psychologique, en perturbant tant sa vie en couple que ses relations sociales, le travail fourni en entreprise et même de manière plus générale l'estime de soi, la narcolepsie peut être suivie à travers des séances de psychothérapie. Cela peut non seulement aider à mieux accepter le handicap et donc à mieux vivre avec, mais aussi à traiter la cause de ce trouble. Il peut arriver que la narcolepsie survienne chez une personne en raison d'un événement traumatique, d'un moment de stress intense ou encore d'un syndrome dépressif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.