Quand vivre trop vite nuit à la santé

Chargement en cours
Pourquoi est-il important de ralentir son rythme de vie ?
Pourquoi est-il important de ralentir son rythme de vie ?
1/2
© Adobe Stock, nd3000

Hélène Demarly

À l'occasion de la journée internationale de la lenteur le 21 juin, zoom sur les quelques problèmes qu'engendre une vie à 100 à l'heure et qui vous donneront justement envie de ralentir la cadence.

Vous vous sentez débordée, pressée, sans jamais avoir de temps pour vous ? Sachez qu'il est pourtant bénéfique pour vous de réussir à ralentir, car vivre trop vite aurait de nombreuses incidences négatives sur la santé.

Cause de stress

Le stress, souvent quotidien dans une vie de femme active, a de nombreux impacts négatifs sur la santé. Maladies cardiovasculaires, problèmes de peau, hypertension, diabète, migraines et même cancers peuvent être dus au stress. Véritable mal du siècle, il pourrait même doubler le risque de crise cardiaque, selon une étude conjointe européenne de 2013. Publiée dans le European Heart Journal et menée sur 7 268 participants anglais pendant quinze ans, elle a démontré que ceux qui étaient "beaucoup" ou "extrêmement" affectés par le stress avaient 2,12 fois plus de risques d'avoir une crise cardiaque que ceux sur qui le stress n'avait pas d'impact. De quoi faire réfléchir sur sa façon de réduire son stress au quotidien.

Burn-out et déprime

Au travail, le surmenage peut mener au burn-out, syndrome de l'épuisement professionnel en français. Dans la vie privée aussi, toujours vouloir combler son temps en s'organisant 1 000 activités peut mener à une forme d'angoisse voire de déprime. Peur de rater quelque chose, envie de contrôler son emploi du temps dans les moindres détails, sentiment de frustration face aux multiples choix qui s'offrent, désirs impossibles à satisfaire par manque de temps... tout cela peut engendrer tristesse et déception.

Fatigue chronique et espérance de vie diminuée

Aller toujours trop vite empêche le corps de se reposer. Surtout qu'au bout d'un moment, épuisé, celui-ci lâche et fini par dire "stop". Ce qui peut aussi entraîner de la dépression. Pire encore, une étude du Stress Research Institute (données collectées sur plus de 38 000 Suédois et Suédoises pendant treize ans), parue en mai 2018, a démontré que les adultes de moins de 65 ans qui dorment moins de cinq heures par nuit ont un taux de mortalité plus élevé (+65%), que ceux qui dorment régulièrement plus de six heures par nuit. Une bonne raison pour se coucher plus tôt ou s'autoriser à faire la grasse matinée le week-end.

Prise de poids

En mangeant rapidement, votre estomac n'a pas le temps d'envoyer à votre cerveau les signaux de satiété (il faut 20 minutes). En avalant un sandwich sur le pouce entre deux réunions ou un plat préparé réchauffé au micro-ondes sans vous installer véritablement à table, vous risquez donc fort, à la longue, de grossir. Ainsi, le mouvement slow food, qui découle de la slow life (vie lente, en français), prône-t-il une alimentation basée sur la lenteur en opposition à la consommation et à la restauration rapide. Il valorise la nourriture, de la production à l'assiette.

Évidemment, entre le travail, les tâches du quotidien et la vie de famille, prendre son temps est plus facile à dire qu'à faire. Mais en réalité, nous n'avons jamais disposé d'autant de temps qu'aujourd'hui. Dans l'ouvrage "Francoscopie" paru en 2005, le sociologue Gérard Mermet expliquait ainsi que l'espérance de vie ayant augmenté de 10% en un siècle, nous avions désormais une durée de temps libre augmentée de près de deux heures par jour. Comment, alors, réussir à ralentir ? Peut-être, la question à se poser est-elle : consacrez-vous vraiment votre temps à ce qui compte le plus à vos yeux ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.