Quand la réalité virtuelle se met au service de la santé

Chargement en cours
Découvrez comment la réalité virtuelle vient en aide à certains patients.
Découvrez comment la réalité virtuelle vient en aide à certains patients.
1/2
© Adobe Stock, SFIO CRACHO

Phobies, douleurs, stress post-traumatique... De plus en plus de médecins utilisent la réalité virtuelle pour libérer les patients de maux qui les handicapent au quotidien. Voici comment la confrontation virtuelle entre dans la prise en charge de certains troubles.

La réalité virtuelle est une technologie qui plonge la personne dans un monde créé à l'aide d'images de synthèse. Ces images peuvent reproduire un endroit réel ou totalement imaginaire. Cette immersion peut se faire grâce au port d'un casque de réalité virtuelle qui projette devant les yeux des images en 3D ou dans une salle où sont projetées des images de synthèse. Certains casques sont même équipés de capteurs qui détectent les mouvements de la tête pour que la personne puisse explorer ce qui l'entoure dans cet univers virtuel : les images de synthèse sont recalculées en temps réel pour s'adapter aux mouvements du regard et de la tête.

La réalité virtuelle pour surmonter ses phobies

Le traitement d'une phobie passe par la confrontation progressive du patient à l'objet de sa phobie. Jugée trop brutale par certains psychiatres et psychologues, cette confrontation serait mieux acceptée par les personnes phobiques quand elle est dans un premier temps virtuelle. Concrètement, les personnes phobiques sont plongées dans un monde où l'objet de leur phobie (araignée, avion, foule...) est présent mais de façon virtuelle. Le praticien prévoit environ une dizaine de séances. Au fur et à mesure des séances, le patient phobique se rapproche de plus en plus de sa phobie. Par exemple, si la personne a peur des araignées, elle verra dans un premier seulement quelques parties du corps de l'araignée, puis l'araignée en entier, d'abord de loin puis de plus en plus près. À la fin du traitement par réalité virtuelle, le patient arachnophobe n'a plus peur d'être approché par une araignée ou de se trouver face à une araignée car il aura surmonté sa peur de façon progressive et en étant accompagné. Contrairement à la confrontation réelle, le praticien a le contrôle sur ce que voit le patient : si celui-ci panique face aux images virtuelles qu'il voit, le médecin peut arrêter le casque.

La réalité virtuelle pour limiter la douleur

La réalité virtuelle a fait ses preuves dans le soulagement des douleurs, notamment chez les grands brûlés. Des hôpitaux, comme le CHRU de Nancy, utilisent la réalité virtuelle pour limiter la douleur et l'anxiété des patients pendant les soins. Lors de la vérification de la cicatrisation des plaies, de la réalisation des pansements et des soins sur la peau brûlée, les patients sont invités à porter un casque de réalité virtuelle. Ils sont plongés dans un environnement enneigé et doivent lancer des boules de neige sur des igloos, des bonhommes de neige ou encore des pingouins. Il s'avère que les images de réalité virtuelle agissent sur les différentes régions du cerveau impliquées dans le contrôle de la douleur et la gestion des émotions. Cette distraction virtuelle permet au patient de ne pas se concentrer sur la douleur et donc de ne pas alimenter son stress et son anxiété, deux facteurs qui l'intensifient. C'est prouvé, plus on se focalise sur sa douleur, plus on souffre. La réalité virtuelle a également été utilisée pour d'autres douleurs comme celles de l'accouchement, celles liées aux soins dentaires et les douleurs du membre fantôme (douleurs ressenties dans un membre qui a été amputé).

La réalité virtuelle pour lutter contre le stress post-traumatique

La réalité virtuelle a été testée sur des militaires souffrant de stress post-traumatique. Il s'agit de la thérapie multimodale de désensibilisation et de reconditionnement de la mémoire par le mouvement ou 3MDR. Le patient est sur un tapis roulant et face à lui sont projetées des images de synthèse qui reproduisent une situation qui pour lui a été traumatisante. Le tout sur une musique calme. Un psychiatre se trouve à ses côtés pour l'accompagner dans cette aventure. Le spécialiste aide le patient à gérer les émotions que ces images suscitent en lui (peur, stress, colère, tristesse...), au fur et à mesure qu'il avance dans cet environnement virtuel stressant. Cette technique a aussi été testée sur les victimes d'agressions sexuelles souffrant d'un stress post-traumatique.

Que ce soit pour les phobies, la douleur ou le stress post-traumatique, la réalité virtuelle joue un rôle sur les réactions de notre cerveau face à un objet ou une situation stressante et désagréable. Ces images de synthèse reconditionnent en douceur les mécanismes de défense, parfois irrationnels, mis en place par le cerveau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.