Prenons-nous trop de médicaments ?

Chargement en cours
En France, la consommation de médicament atteint plus de 3 milliards par an.
En France, la consommation de médicament atteint plus de 3 milliards par an.
1/2
© iStock, PeopleImages

Comprimés, gélules, suspensions buvables... des milliers de médicaments (originaux ou génériques) existent et sont accessibles sur ordonnance ou en libre-accès dans les pharmacies ou sur Internet. De quoi pousser à une consommation excessive ?

Rhume, maux de tête ou de ventre, coup de fatigue ? Votre réflexe ? L'automédication, à défaut de vous rendre chez le médecin pour obtenir une ordonnance et des informations en termes de posologie. Dans ce cas-là vous en consommez peut-être trop... Une pratique potentiellement risquée.

Une consommation en baisse mais banalisée

Selon l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), les Français consomment en moyenne une boîte par semaine, soit près de trois milliards de médicaments à l'année. Des chiffres qui restent stables ou qui ont même tendance à baisser pour certaines substances ces dernières années, du fait des campagnes de sensibilisation ("les antibiotiques, c'est pas automatique !"...). L'ANSM notait d'ailleurs en 2014 "une modération de la consommation pharmaceutique".

Pour autant, elle reste toujours trop importante et se banalise. "Il y a une génération encore, les médicaments étaient faits pour le traitement de vraies maladies comme une infection ou le diabète. Aujourd'hui, on s'aperçoit que près de la moitié des médicaments qui sont pris, le sont pour des troubles passagers du comportement, du sommeil", confiait à Franceinfo en 2014 le professeur François Chast, président honoraire de l'Académie nationale de pharmacie. "On veut être plus blanc ou plus bronzé ou avoir plus de cheveux. Au total, le médicament envahit nos vies", notait-il.

Seniors et jeunes en excès ?

Sans surprise, ce sont les seniors qui sont les plus grands consommateurs. Et pour cause, ces derniers voient leur santé fragilisée avec l'âge. Selon une étude menée en 2016 par Open Health, les personnes âgées (+ de 65 ans) souffrant de plusieurs maladies chroniques consomment en moyenne 14 médicaments de façon quotidienne. On parle alors de "polymédication", soit le fait de prendre au moins 7 médicaments en même temps.

D'autre part, les jeunes ont aussi tendance à en abuser. D'après un sondage OpinionWay réalisé pour Sanofi en octobre 2018, les 18-24 ans ont des "comportements à risque" : un tiers seulement demande une prescription à leur médecin. À cela s'ajoute le fait qu'en France, la prise de médicaments psychotropes (somnifère, tranquillisant, antidépresseur...) s'est banalisée. Un ado de 17 ans sur quatre admet en avoir déjà consommé selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (2014).

Automédication, polymédication... des dangers à prendre au sérieux

Selon le sondage d'OpinionWay, 8% des Français ont pris des antibiotiques en automédication en 2018. Un chiffre en baisse, comme le prouve une étude de l'Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa), laquelle indique que les ventes de médicaments sans ordonnance ont reculé de près de 4% en 2017.

Néanmoins, les dangers sont, eux, toujours bien présents. En novembre dernier, l'Assurance maladie révélait que les accidents liés aux médicaments occasionnaient 130 000 hospitalisations et 7 500 décès par an chez les personnes de plus de 65 ans. Des décès liés à l'automédication et/ou la surconsommation (polymédication). "Mauvais dosage, mauvaise prise, non-respect du traitement prescrit, interaction entre plusieurs médicaments... les causes d'un accident lié à un médicament sont diverses et les conséquences loin d'être anodines", assurait le Collectif bon usage du médicament en mars 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.