Pourquoi notre nez coule-t-il en hiver ?

Chargement en cours
L'hiver est la saison des rhumes...
L'hiver est la saison des rhumes...
1/2
© Adobe Stock, Rido

Laetitia Reboulleau

Chaque année, à l'arrivée de la saison froide, c'est la même rengaine. Les températures sont en chute libre, et les rhumes viennent vous gâcher la vie. Nez bouché, nez qui coule... Mais au fait, à quoi est dû ce phénomène ?

L'automne et l'hiver sont souvent des saisons redoutées à cause de la température. Adieu la chaleur de l'été, bonjour l'humidité, le froid, le vent, la pluie et la neige. Et avec ces petits désagréments, les maladies de la saison froide qui arrivent comme un raz-de-marée, le rhume en tête de liste. Nez rouge, encombré, qui coule... Des sensations particulièrement désagréables, dont bon nombre de personnes ignorent le fonctionnement.

Le nez, un filtre bien utile

Si notre nez est encombré en hiver - mais aussi parfois à cause de la poussière ou du pollen -, c'est à cause de ses différentes fonctions. Il gère certes la respiration et l'odorat, mais ce n'est pas tout : il agit également comme un filtre pour protéger notre organisme de ce qui pourrait lui nuire. Comment ? Grâce au mucus qui recouvre ses parois. Cette substance, aussi connue sous le nom peu ragoûtant de "morve", va venir capturer toutes les particules indésirables pour ne laisser que l'air sain jusqu'à nos poumons. En somme, sans lui, vous seriez malade en permanence...

Ce mucus est habituellement évacué de façon naturelle : il s'écoule à l'arrière de votre gorge et est éliminé par le système digestif. Sauf dans certaines situations. Celles où votre nez se met à couler.

Le nez qui coule, un moyen d'éliminer les particules nocives

Pourquoi l'écoulement "classique" ne fonctionne pas toujours ? À cause des virus, tout simplement. Ces derniers sont responsables des infections du nez, des fosses nasales et de la gorge. C'est donc à eux que l'on doit les maux de gorge, la sensation de nez bouché, les éternuements et bien sûr l'écoulement nasal.

À cause de ce virus, le mucus s'infecte et va gonfler. Pour se défendre, le nez va alors en produire en plus grande quantité. Une quantité trop importante pour être éliminée de façon classique. C'est pour cela que le nez se met à couler, afin d'éliminer toutes les particules indésirables. En moyenne, un rhume dure une dizaine de jours avant de se calmer, ce qui peut vite sembler une éternité quand on a le nez bouché.

Le froid, responsable à ne pas négliger

Si le rhume est dû à un virus, et pas nécessairement au froid (contrairement à ce que bon nombre de personnes pensent), la chute des températures peut aussi avoir une incidence sur les écoulements nasaux. Le froid peut en effet paralyser le système d'évacuation du mucus par l'arrière de la gorge. Résultat : le nez n'a pas d'autre choix que d'évacuer la morve "par l'avant". Une bonne raison d'avoir toujours des mouchoirs sur soi, dès que les températures commencent à chuter, et pas seulement en cas de rhume.

Et les larmes, dans tout ça ?

Dernière chose qui peut engendrer un nez qui coule : un bon gros chagrin. Vous l'avez peut-être remarqué : lorsque vous pleurez, votre nez a lui aussi tendance à couler. Mais pourquoi, au juste ? Tout simplement parce que cet appendice est également relié au système oculaire et lacrymal. Quand les larmes sont trop nombreuses pour être évacuées par les yeux, c'est donc le nez qui prend le relais, générant un écoulement nasal, et nous obligeant à nous moucher.

Bien sûr, cela n'intervient pas à tous les coups : quelques larmes ne vous feront pas vous moucher, bien sûr. En revanche, une grosse crise de pleurs aura automatiquement pour conséquence de vous faire renifler...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.